Tenue de rentrée pour maîtresse engrossée

lunettes plage

Bien bien bien.

Tout cela est terriblement chafouin, mais demain, c’est la rentrée officielle des maîtresses. Je dis officielle parce que mine de rien, j’ai bossé en pointillé tout août, et ça fait une semaine que je vais à l’école TOUS LES JOURS. J’ai même demandé aux collègues, l’air de rien, vendredi, si par le plus grand des hasards, quelqu’un aurait la bonne idée d’aller à l’école ce WEEK END. Evidemment, tu penses bien que tout le monde m’a regardée comme si j’avais un troisième bras qui venait de me pousser sur le crâne. Ce à quoi je me suis empressée de répondre : « Ouais non mais c’était juste pour info, hin hin ».

Et mon cul, c’est du poulet.

Le souci, c’est qu’à chaque fois que je rentrais dans MA classe, je m’asseyais à mon bureau, et je contemplais. Sauf que la contemplation n’a jamais plastifié quoi que ce soit, et comme j’ai récupéré une classe dont les murs sont aussi nus que Katsuni, j’ai du boulot à la bourre. Car oui, je suis en RETARD dans mon boulot, tout en étant en vacances, c’est-à-dire avant d’avoir commencé.

Sous vos applaudissements.

Sinon, je m’applique à préparer ma vraie rentrée : celle avec les élèves. Les hormones de la grossesse sont des hyènes, puisque ces nains ne sont encore pour moi que des prénoms sur une liste, mais je les imagine déjà avec des petits coeurs d’amour dans mes yeux (repassez d’ici deux semaines, ce sera des lasers).

Je me pose donc des questions existentielles. La première étant, comme toute femme, de me demander ce que je vais mettre vestimentairement parlant. Mon choix est devenu ultra limité, puisque je dispose très exactement de trois robes de grossesse et d’un t-shirt (mais pas de pantalon). C’est tout. La perspective d’aller bosser cul nu ne me dérange pas vraiment, mais il parait que ça fait prostipute roumaine (déjà que je fais la classe pieds nus) (le lino m’excite à mort). Restent les robes, donc.

J’ai tenté longuement de peser le pour et le contre de chacune (j’ai fait plouf-plouf-ce-sera-toi) mais arrivée à « que je prendrai », j’ai eu un doute. Alors j’ai rajouté « au bout de trois, un, deux, trois ». Là, je ne connaissais pas de suite possible à la chanson, j’ai pris ça comme un signe. Je l’ai mise, pour voir. Et chose incroyable, crois moi si tu veux, mais l’élastique sous-ventral avait remonté. Tout seul. Le fait que j’ai cinq kilos de plus que quand je l’ai achetée (avant-hier) ne comptant pas vraiment. J’en ai choisi une autre, que j’ai enfilée. C’était parfait, je me sentais chatoyante, enceinte et surtout, habillée. Jusqu’à ce que je me penche pour fermer mes sandales. L’Homme ce rabat-joie, derrière moi, m’a alors demandée si je comptais offrir la vision apocalyptique de mon épilation hasardeuse du maillot à de jeunes mineurs (je ne vois plus mon abricot, merde !). Il reste donc la dernière robe.

Je crois qu’il faut que je me force à mettre des pantalons de grossesse (je déteste les pantalons en général) (j’aime que mon entre-cuisse se sente libéré).

Et encore, je ne te parle pas des soutifs que j’ai achetés il y a deux mois : ils me serrent tellement que je crains à tout moment que mes tétons se nécrosent au lieu de se faire la malle par en haut.

Je croise quand même les doigts pour qu’elle m’aille toujours d’ici mardi. L’autre jour, j’ai regardé un pain aux raisins et le lendemain j’avais pris un kilo. Alors je me méfie : hier, j’ai posé les yeux sur un Snickers.

Allez, demain, si tu es sage, je te raconte mes cacas mous de rentrée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 thoughts on “Tenue de rentrée pour maîtresse engrossée

  1. Lire ce billet entre la préparation de l’activité « questionnaire de Proust » et celle de la séance d’élaboration des règles de vie me fait une pause plus qu’agréable, merci :)

  2. Tiens, je réalise soudain que tu débarques dans une nouvelle école et dans une classe vide, et notre collègue partie l’an dernier a le don de laisser sa classe archi-vide (elle m’a fait le coup, y a cinq ans…) et là j’me dis : oh et si on était collègues ? On devrait se trouver un signe distinctif pour se repérer demain matin en salle des maîtres… Tousse trois fois si tu crois me voir :)

  3. Pas de bol, je connais déjà tous mes collègues ! J’ai bossé dans cette école pendant deux ans, j’arrive donc en terrain connu (par contre j’aurai école le mercredi matin, on peut pas tout avoir)

  4. @ maman youpie : une photo de mon épilation foufale du mois dernier ?

    @ Marje : noooon mais non mais pas toi !!!! Tu ne peux pas dire ça ! Oui, une maîtresse enceinte ça veut dire que ton grelot en aura une 2e dans l’année.Mais ca ne change pas grand chose au final ! Je serai remplacée par qqn de professionnel. J’ai fait des remplacements de congés maternité et ça s’est tjr bien passé. Maintenant à mon tour de l’être. J’ai des CP et je ne me fais aucun souci pour eux : ils sauront lire à la fin de l’année, que ce soit moi ou une autre maîtresse !

  5. En ce soir de rentrée, je confirme mon fils a une maîtresse qui gondole quand je l’ai regardé de profil … Je le savais ! PetitPetit est en petite section, j’essaie de ne pas me pendre dès ce soir !

  6. Hello Chag !

    J’apprécie toujours ta gouaille, mais aujourd’hui je viens te conseiller d’aller voir le résultat du concours de Délit maille et de chercher mon commentaire … Surprise !

    1. HAAAAAAAAAANNNNNNNNNN !!!!! Mais je me prosterne à genoux à tes pieds pour te remercier !!!!!!!! (en vrai, je baisse juste la tête, parce que sinon j’arriverai jamais à me relever). J’ai gagné un gens en laiiiiiiiiiiiiinneeeee !!!!!!!!!!!!! Pour la peine, je fais la folle danse de la joie sur mon canapé (traduction : je remue la cheville gauche) (mais nue). Encore merci !!!!!!!!!!!

  7. T’as vu, Chag ? On est quand même rudement veinardes, contentes, chanceuses et reconnaissantes à Lilou17 d’avoir pensé à nous !!!

  8. Ne te prosterne pas, risque de fausse-couche !

    Tu vas tenir cinq mois avec 1 robe ?

    @marje : très déçue je suis. Dis-toi bien qu’une enseignante enceinte, c’est une enseignante qui comprendra ce qu’une mère ressent quand elle doit faire le deuil de l’enfant idéal, ou quand sur le bulletin de la chair de sa chair est écrit « n’a pas l’électricité à tous les étages… »
    Tu peux à peu près croire Chag -même si elle se la pète avec son Max de laine- quand elle te dit qu’elle sera remplacée par un professionnel. Les autres, on ne les met que sur des remplacements courts, alors vivent les congés mater !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *