Sa première surprise party

bullewakeboardd

(la chanson dans la tête, c’est cadeau)

Mes pangolins téméraires,

Aujourd’hui, ou plutôt mercredi dernier, Bulle nous a annoncé une information capitale, balancée entre le Chaussée aux Moines et le Mamie Nova : « Au fait, samedi, je vais à la fête d’anniv’ d’une pote de théâtre ».

Si toi aussi, l’absence de forme interrogative t’a interpellée, gimme five.

Cette enfant est d’une désinvolture effrayante, voilà que maintenant, sous prétexte de tétons qui pointent, elle se booke des aprem, sans même demander, avec d’autres ados dont je ne connais ni le métier des parents, ni la moyenne générale. Où va la jeunesse, je te le demande. Après avoir débattu longuement et posément avec elle sur la notion de majorité sexuelle et d’inquiétude parentale (« Tu peux te brosser l’abricot, si tu crois que je vais t’autoriser à aller à ta sauterie juvénile alors que tu ne prends même pas la pilule peine de demander à tes vieux parents »), nous avons convenu d’un commun accord avec moi-même qu’elle pourrait y aller. C’est qu’il faut savoir remettre les points sur i, des fois, je te jure, les jeunes, c’est plus ce que c’était.

En plus, pour couronner le tout, après m’être à nouveau fait charcuter le pied, le week end dernier, je me suis éclatée le coccyx (et quelques neurones) lors d’une chute en snowboard manifestement mémorable. Depuis, en plus d’être boiteuse, j’ai l’oignon douloureux. Autant te dire que ma fille tirait donc sur une ambulance. La hyène.

Ne va pas croire que c’est la première fois qu’elle était invitée à un anniversaire. Mais disons que d’habitude, je connais a minima la copine chez qui elle va, et les jours de veine, je connais même les parents. Jusqu’à présent, ces fêtes étaient principalement constituées de moelleux au chocolat, de pâte à prout et de poussin Piou. Stade 1 du dévergondage. Là, elle et moi n’avions pour seule information qu’un vieux carton d’invitation découpé avec les pieds et griffonné au crayon à papier, probablement entre deux diarrhées. La possibilité que ce carton soit factice s’est clairement imprégnée dans ma cervelle, au moment où elle n’a pas su répondre à LA question, posée par toute mère qui se respecte :

« Est-ce qu’il y aura des GARÇONS ? »

Car, comme chacun sait, en tout adolescent de treize ans sommeille un violeur en série qui s’ignore. L’idée que ma fille et ses tétons tout neufs puissent être assaillis par une bande de doigts pré-pubères me saisit instantanément. Après avoir tapé sur Gogole « DIY+stérilet+pince+à+linge », puis réfléchi sérieusement à l’éventualité de lui intégrer un taser dans la culotte, je décidai qu’il était temps que je fasse confiance à la jeunesse. Tant pis si je ne connaissais même pas le prénom de l’hôte adolescente, encore moins ses darons. Tant pis si ma seule consigne était de les laisser (elle, ses tétons, sa virginité et son taser de slip, donc) à la patinoire. Je serai FORTE.

Après avoir déposé la chair de ma chair devant la patinoire, je crus apercevoir, dans mon rétroviseur, un individu de sexe masculin s’approcher de ma descendance. Ne pouvant faire demi-tour pour lui botter le cul comme il le méritait (j’avais très nettement l’impression qu’il lui avait effleuré le bras gauche) (qui, comme chacun sait, est un des premiers signes précédant l’acte sexuel adolescent non consenti), je décidai de rentrer malgré tout chez moi. En vrai, j’avais tellement mal au cul d’être assise en voiture qu’il fallait que l’impression très nette de me faire sodomiser par un cactus cesse rapidement.

Pour compenser ma boîte à étrons fracassée et mes pensées morbides, je décidai donc de faire des gaufres. Je décide toujours de faire des gaufres quand j’ai des pensées morbides. Et aussi quand je n’en ai pas (j’ai la gaufre facile). Comme d’habitude, impossible de me souvenir de la recette géniale de cette fois où elles étaient parfaites, donc j’en choisis une au pif sur internet. Pour oublier, je bus une lichette du rhum des gaufres. Entre la farine et le sucre, je me suis dit que si ça se trouvait, ma fille était coincée dans un vestiaire qui sentait la chaussette, entourée de deux adultes d’au-moins quatorze ans, qu’elle criait à l’aide et que personne ne l’entendait. Du coup, j’ai encore bu un peu du rhum des gaufres. Ensuite, j’ai cassé trois puits dans un œuf, j’ai remué, et un détail m’a sauté aux yeux : si ça se trouve, il allait y avoir de l’alcool, et elle serait saoule, et un homme d’âge mûr (treize ans, donc) allait en profiter. Pour oublier, j’ai encore bu du rhum des gaufres. Ensuite, quand j’eus fini de verser le sucre vanillé dans le fouet électrique, je commençai à me dire que j’étais bien trop jeune pour être grand-mère, et puis je me suis rendue compte qu’elle n’avait pas encore ses règles. Pour me remettre de ces émotions, je bus encore un chouia du rhum des gaufres. Quand je remarquai que je n’avais étrangement plus mal à ma rondelle cassée, il n’y avait plus de rhum pour les gaufres.

Finalement, après avoir erré entre l’évier et le frigo en chaussettes rennes et en tablier Jardiland, j’ai mangé sept gaufres au sucre glace et deux au Nutella (je n’avais pas très faim).

Puis ce fut l’heure d’aller chercher ma fille, probablement saoule et à la culotte arrachée, chez une inconnue, dont les parents mal famés étaient certainement des dealers d’opium ou de gandja coupée à la mort-aux-rats.
Quand elle entra dans la voiture, je la trouvai fort guillerette pour quelqu’un qui venait de perdre sauvagement sa virginité dans un vestiaire.

– Han, M’man, c’était trop cool ! En fait, on était sept filles. Elles sont toutes au collège privé pour les riches, là, tu sais. Bon. Et ben on s’est éclatées. On a vachement patiné, et puis après, son père est venu nous chercher, et on a fait des trucs chez elle. Bref.  C’était. Trop. Bien.
– Comment ça, vous avez fait des « trucs » chez elle avec son père ? Il t’a forcée, hein, avoue ! Je vais lui casser la djeule à ce salaud !
– N’importe quoi. Bon, on a fait des trucs entre filles, quoi. Je vais pas non plus tout te raconter. Han, et alors si t’avais vu ses PARENTS et leur maison !
– C’est-à-dire ? Ils ont un laboratoire planqué dans la cave, c’est ça ? Hein ?
– Non mais leur maison, elle TUE. Elle est hy-per grande. Et ils ont un jardin avec une piscine, en pleine ville, c’est la classe. Bon, ils sont méga riches, aussi. Mais surtout, c’est les parents parfaits, t’sais.

Étrangement, le soulagement quant à sa virginité intacte a rapidement été balayé par cette dernière affirmation. Des parents parfaits. Encore plus que nous, quoi. Genre.

– Et c’est quoi, alors, des parents PARFAITS, sale petite effrontée ?
– Ben t’sais, ils parlent toujours hyper doucement, ils finissent toujours leurs phrases par des mots d’amour. Genre sa mère avait fait de la Chantilly maison – ouais, elle l’achète pas en bombe – et quand son père a goûté, il lui a dit « Ma chérie, cette Chantilly est divinement bonne. » Divinement, qu’il a dit. C’est trop chou, non ? Faut dire qu’elle était vraiment bonne. Je sais pas si elle cuisine toujours comme ça, parce qu’elle est quand même vachement bien foutue, sa mère. Oh et puis son père, après les bougies, il a décidé de se détendre en jouant du Beethoven sur le piano de leur deuxième salon. Non, parce qu’ils ont un piano, une chambre chacun, une salle de jeux et même une chambre d’amis. C’était génial. Et quand ils parlent à ma copine, ils commencent toujours par un « mon amour », « ma chérie » et tout, quoi. Non, j’te jure, ils ont trop la classe.

Douze années. Elle fout en l’air douze années d’éducation, en deux minutes. J’en ai l’épisiotomie qui se réveille. Quelqu’un peut-il me rappeler quel est le con qui a supprimé les châtiments corporels ?
Alors certes, nous n’habitons pas un château urbain, je parle un peu fort et il peut m’arriver d’acheter de la Chantilly en bombe (ok, tout le temps), mais je fais hyper bien le jambon mouliné aux coquillettes et ça, ça elle ne peut pas le nier. Sans compter que je lui fais du Moriarty à la guitare pour qu’on chante toutes les deux. C’est sûr qu’avec ce has been de Beethoven, le père de sa copine pourra toujours se brosser pour avoir un nouvel album. Alors que moi, je lui offre potentiellement de la nouveauté (je ne sais jouer que trois morceaux, ET ALORS). Et sa mère, cette salope, elle a peut-être un cul en 36, mais est-ce qu’elle est née en 1983 et qu’elle porte DIVINEMENT des Sman Snith ? Hein ? Non. Elle va voir, cette sale ingrate, si on n’est pas des parents parfaits. Nous aussi, on peut être des poètes de l’amour, quand on cause, tawar. Alors, pour lui montrer que c’était nous qu’on était les plus mieux, j’ai chopé la gosse par le bras et j’y ai dit :

« Ramène-toi fissa, sac à bouse, t’as une chambre à ranger, c’est tellement le bordel qu’avec ton sale daron, on n’arrive même plus à trouver la clef de ton journal intime. »

Et puis après, on a décidé de les enfermer (elle, ses tétons, son insolence, sa virginité et mes pinces à linge) dans sa chambre pour la décennie à venir.

.

.


Edit : Je vais essayer de mettre en place une newsletter, parce que ça fait environ mille fois qu’on me le demande. Stay tuned, elle sera dans la barre de droite.

Rendez-vous sur Hellocoton !

75 thoughts on “Sa première surprise party

  1. Hahahaha mais que t’es con !!! Je n’arrive plus à reprendre mon souffle tellement je rigole ….

    Bulle va-t-elle lire ce billet… un jour ???

    Merci d’avoir égayé mon lundi (je venais de recevoir le compte-rendu de naissance d’un petit Kenji et ça c’était la déprime ^^)

    1. Oh elle va sûrement le voir en rentrant ce soir ! C’est le seul membre de la famille qui s’intéresse un peu à ce que je fais ici (elle ne peut pas avoir QUE des défauts) !

  2. Oooooooh que tu me fais rire ! j’aimerai trop t’avoir comme collègue ! la normandie ne t’attire pas ? On prend l’apéro tous les vendredis à l’école 😉 Et ta môme, elle ramènera moins sa fraise qd elle sera couverte d’acné, crois moi ! et là, tu te régaleras !!

    1. La Norman-quoi ? 😉

      Ceci dit, son père et moi n’avons pas souffert d’acné quand on était ados, donc même si elle ne passera pas à côté de quelques pustules, elle a des chances de ne pas se retrouver avec une face de calculatrice.

  3. J’aime beaucoup la fin! Quelle idée a eu Bulle de gouter de la chantilly maison? Rassure toi, ici c’est que de la bombe!

    Par contre, question de mère novice plutot « cool », tu as vraiment pensé autant à l’agression sexuelle? J’ai trouvé que tu en parlais bcp, et meme s’il ne faut pas le nier y’a toujours un risque, partout, ça m’a un peu « choqué ». Ouais j’suis une mère cool mais facilement choquable! il m’en faut peu!

    Ca n’empeche que continue comme ça, j’aime trop lire les aventures de la chag’ family! Mention spéciale à Darwin!

    1. Euh non. En vrai, c’était pour les besoins de la narration ! Effectivement, je ne savais pas s’il y aurait des garçons ou pas, mais je savais qu’elle allait chez des gens bien, dont la gamine est une vraie perle (en plus d’être très douée au théâtre).

  4. Je suis bidonnée devant mon écran !!!! tu sais qu’t’es drôle ?! Oui tu le sais et continue parce que ton billet est à mourir de rires !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Quelle ingratude ces gosses !!!!
    Et à moi aussi merci d’égayer mon lundi, parce qu’après avoir vu le résultat des départementales chez moi je suis au bord du suicide par Nutella…

    1. Hier j’ai emmené Coin-Coin voter avec moi. Ça l’a gonflé royalement. Sans compter que j’ai eu un peu peur, parce que sans exagérer, la moyenne d’âge des tenanciers de mon bureau de vote devait se situer aux alentours de 75 ans. Il fallait PARLER FORT et RÉPÉTER BEAUCOUP quand on parlait. Comme à chaque fois, je me dis que j’aimerais bien aller dépouiller avec eux, et puis bon, j’ai toujours poney à 19h. Quant aux résultats…

  5. hahahahaha j’ai trop aimé…. Tu m’as fait penser à ma fille qui va avoir 14ans ….. C’est toujours mieux chez les autres

    1. Disons qu’elle va chez des copines, mais qui ne sont pas franchement blindées de sous. La gamine en question est adorable. Après, Bulle n’était pas vraiment envieuse, je crois qu’elle n’imaginait pas que des gens pouvaient vivre comme ça ailleurs qu’à la télé. En général, elle squatte chez sa meilleure pote, dont les parents et l’éducation sont comme chez nous, excepté qu’ils ne mangent pas de porc et font le ramadan. Bref, c’est toujours bien de voir plein de choses !

    1. Bernard ? Non, je vois pas. Moi j’ai celui de JOAO Ménez, mon plombier. Ça compte aussi ?

      (en vrai, j’ai pensé à faire plutôt du mojito, mais j’avais plus de citron vert. Ni de menthe. Ni de sucre roux)

  6. Voilà bien longtemps que je me régale à chaque lecture d’un billet ici. Je ne crois pas avoir jamais commenté…
    Mais là, vraiment, je suis hilare, et d’autant plus que la mienne, de fille, tout juste 15 ans, a organisé ce week-end dans une salle des fêtes avec une copine (16 ans), une fête d’anniversaires entre copains…
    Donc voilà quoi, tout ce que tu racontes me parle tellement ! (même si j’aurais fait des crêpes plutôt que des gaufres…)
    Merci !

    1. Drame de ma vie : je n’arrive PAS à faire des crêpes ! On m’a TOUT expliqué, ma mère me menace de me déshériter (je compte bien hériter de son wok et de son secret des bocaux de lamproie), je n’y arrive pas. Du coup, je compense avec les gaufres, et aussi les pancakes. Avec du lait ribot, comme une blogueuse qui se respecte.

      Et merci pour le coming out. As-tu l’âge d’être grand-mère ? Tu veux que je t’envoie une ou deux pinces à linge ?

      1. Mais oui bien sûr, j’ai l’âge d’être grand-mère ! Et tu sais quoi, même deux fois ! Car cette petite morue de 15 ans a aussi une soeur de 17 ans… Oui alors bon, tu as compris que ce n’est pas parce que c’est la 2e que les appréhensions se calment… Tu verras avec Paupiette… Donc 2 pinces à linge pour moi, merci…
        Ha ha ha, le lait ribot, pas encore essayé, mais je ne suis pas blogueuse, c’est pour ça.

  7. J’adore !!!!!!!!! Merci pour le fou rire à l’heure de ma pause déj.
    Pfffff ces ados… ils trouvent toujours les parents des autres mieux que nous… Mais nous on sait hein : c’est même pas vrai !!!

  8. Ca sert à quoi la pince à linge dans le slip ? Je me renseigne, la mienne à 11 ans… Et grand merci à Bulle qui nous fait partager sa vie vachement aventureuse !

  9. tu es vraiment une maman pas comme les autres, je suis sur que tes enfants sont super heureux de vivre avec vous, ton humour est contagieux, moi j’en raffole

    1. Oh je t’assure que je suis comme les autres, celles qui parfois n’ont pas DU TOUT envie de plaisanter (quand il reste le dernier pain aux raisins et que tout le monde le lorgne, il faut bien que je trouve une excuse pour les punir, ces rats).

  10. Je croyais que, passé un certain âge, il était HORS DE QUESTION de leur foutre la honte en les approchant de trop près en public (genre le bisou devant l’école) ou en les appelant « Minouche », par exemple.
    Je suis ébahie de découvrir que se faire appeler « mon amour » par son père c’est la classe… va falloir qu’on s’y mette alors, à faire ça en public (les appeler « mon amour », pas l’autre « ça », on sait se tenir quand même!!)

    1. Bulle doit être un genre d’ado romantique qui le cache, je ne vois que ça. Elle m’a renvoyée à mon trottoir parental dès le CP. Régulièrement, quand je la pose au collège, je baisse ma vitre et je crie bieeeennn fort, devant tous ces congénères « Youhouuu ! Ma choupinouninouuuuuuu ! Tu ne parles pas aux inconnus, hein ! Bisou bisou dans ton couuuuu, mon BAYBAY ! ». Là, il faudrait la voir tenter de se planquer derrière l’abribus, c’est plutôt drôle !

      1. Mouah ah ah!! Je n’en attendais pas moins de toi. :-)
        Je crois que j’ai encore trop présent à l’esprit le jour où j’ai appelé ma mère à l’aide (défaut de bus un samedi midi) et où elle m’a envoyé mon père, aka l’ours de Sibérie, alors que je patientais tranquille avec mon premier petit copain… je n’oserais pas les afficher à ce point je crois, mais peut-être bien que je dis ça parce qu’ils ne m’ont pas encore rembarrée officiellement. Il pourrait y avoir de la vengeance mesquine, je préfère ne rien promettre. 😉

  11. Purée, je suis pétée en deux. C’est la première fois que je commente bien que je lis régulièrement tes billets. Vraiment, ca mérite le détour. J’ai même fini par envoyer le lien à ma collègue, qui les yeux ronds, se demandait pourquoi je gloussais ainsi.
    MERCI

  12. Cela me rappelle quand j’ai vu pour la première fois, dans une maison de riches, de la moquette bleu lavande.
    Pour l’électricité, ça va, je connaissais.
    Sinon, je suppose que la copine de ta fille a beaucoup de vocabulaire disons… décalé à apprendre, la pauvre. Elle manque quelque chose.

    1. Moi je vivais à côté de chez mon oncle et ma tante qui, même s’ils n’étaient pas Crésus, étaient quand même bien fournis niveau trucs de riches (la propriété viticole en grand cru dans le Saint Emilion, ça paye pas trop mal). Je me souviens notamment de leur première Renault 21, qui avait l’ouverture centralisée (luxe suprême) ou encore leur première Safrane (avec siège chauffant et climatisation au degré près). Sans oublier qu’ils avaient toujours des tablettes d’Hollywood chewing gum dans leur boîte à gants, ce qui a définitivement associé pour moi ces chewing gums au summum du luxe.

  13. Non, sérieux ? Il a vraiment dit « divinement » ??? Ça fait flipper ! Moi ma gosse elle remettrait plus les pieds chez ces cassos !

    1. Ce soir, comme tous les lundis, c’est plateau télé devant Rizzoli & Izles. Et ce soir, pour agrémenter le wings de poulet dégueulasse, j’ai pris des chips. Ce soir, elle me kiffe divinement beaucoup.

  14. Mon premier commentaire : un peu comme un dépucelage 3.0 😉

    Je te veux comme collègue… (La Rochelle c’est mieux que la Normandie et il y fait toujours beau… micro climat oblige!)

    Je te lis depuis Paye ta rentrée en CP… et j’attends ton nouvel article (purée là avec ce genre de mot je viens de prendre 10 ans … pan !) pour me marrer ! Et à chaque fois bingo…
    Allez à très vite…

    1. Merci à toi aussi pour le coming out ! Alors bon, certes, La Rochelle, c’est plus près que la Normandie, mais quand même, Bordeaux, c’est trop le pied. Je crois bien qu’à part Bordeaux, je ne pourrais vivre qu’à Paris (ou à New York) (on disait que j’avais un gros compte en banque).

  15. Mes fils de 14 et 13 ans sont donc des hommes ! Je vais leur dire et ils seront fiers comme des paons … Je vote pour le rétablissement des chaperons et des marieuses. Je prends Bulle pour celui de 14 ans (plus homme donc !) et Paupiette pour celui de 4 ans. Comme ca, plus de sortie, plus de drague et plus de stérilet home made ! Tu es contente, je suis aux anges et c’est le paradis sur terre

  16. Me faire sodomiser par un cactus, tu m’as vendu du rêve !!! 😀 J’en peux plus tellement je ris .

    Bon rétablissement à ton oignon 😉

    1. Mon oignon et son (gros) cactus te remercient. On ne dira jamais assez à quel point c’est RELOU de se péter le coccyx. Entre ça et mon pied charcuté, j’ai l’impression d’être en kit, en ce moment. En kit douloureux, hein.

  17. Chez nous c’est ma fille qui fait la chantilly home made à-la-main-STP-c’est-meilleur-avec-les-fraises-merci … Question d’éducation ! Non mais c’est qui le chef hein ???

    (bon c’est elle… mais seulement dans la cuisine)

    1. Ma mère est la sainte patronne de la Chantilly maison. Je sais que c’est facile à faire, j’y pense depuis que j’ai récupéré le même Tupperware jaune (avec le couvercle troué blanc) dans lequel elle la faisait. Si j’achète de très bonnes fraises, alors je la ferai comme ça. Mais la plupart du temps, si je dois acheter de super fraises pour CINQ (la dernière n’est pas en reste), je dois claquer la moitié du PEL qu’on n’a pas. Alors je bombe.

      1. Nous aussi, on était 5 avant… donc même pas de bombe (pas de travail, pas de bombe), maintenant on est 2 plus 1 ou 2 ou 3 ou +++ (faudrait annualiser pour savoir combien on est exactement) mais on peut manger des fraises direct producteur. Un jour ton tour viendra : garde le tupper

  18. Franchement, tu m’as fait ma journée.
    Merci, j’ai ri et ça fait trop du bien !
    (Parce contre ça rassure pas sur la(e) potentiel(le) futur chiard qui pourrait faire son apparition dans ma vie, mais ça c’est une autre histoire)

  19. J’en suis presque à te souhaiter toutes les misères du monde vu comme tu es encore plus drôle quand tu souffres u fondement. Mais comme je suis un bisounours déguisé en Mère Thérésa (ou l’inverse), j’espère que tu vas te remettre vite.
    J’ai surkiffé ton idée de DIY. Tu devrais lancer une chaîne de tuto sur You Tube. En échange, je te fais des crêpes (au rhum, au Grand Marnier, à la gnole ou les 3)à la demande.

    1. Je prends TOUTES les crêpes. Alcaline m’en fait régulièrement (en vrai, je crois qu’elle espère un cunnilingus en échange).

  20. Ma fille va avoir 1 an le mois prochain… tu m’as donné un avant goût de comment ce sera…
    Sauf que… moi je fais ma chantilly maison ahahaha 😀
    J’ai adoré te lire !
    Tu m’as fait rire de grand matin, dans le bus. Bravo
    Les gens m’ont pris pour une barge 😀

  21. Évidemment, s’il faut un piano, une piscine, une taille 36 et une chambre d’amis pour avoir la classe, j’suis mal barrée. Ma fille va m’en vouloir dans 10 ans. Merci pour cette franche rigolade. Et ta gaufre party m’a furieusement rappelé la recette de la dinde au Whisky qui circulait partout à une époque… (et je dois me faire poser un stérilet, je crois que je vais plutôt opter pour un DIY)

    1. Ah je vais chercher cette histoire de dinde ! Moi j’ai trop bien vécu la pose du stérilet. Je me flagelle chaque jour depuis que je l’ai, en me demandant pourquoi diable je ne l’avais pas mis avant !

  22. Moi aussi, je fais mon coming out…
    Je passe régulièrement par ici voir si tu as posté et je savoure ta plume, tes idées et tes billets qui me font bien rigoler.
    Je viens de réaliser que tu habites Bordeaux, or mon mari est muté à Bordeaux et nous allons déménager en juillet (actuellement, nous sommes en Champagne, il n’y a que 800 km d’écart!)
    ça c’etait pour le côté je te raconte ma vie…

    merci pour la rigolade..entre nous, j’ai toujours imaginé qu’on pouvait fabriquer des choses super pratiques avec des pinces à linges

      1. je veux bien te croire!!
        si par bonheur on trouve à se loger je pourrai te le confirmer car pour l’instant c’est compliqué s’taffaire…

  23. Des BLONDS Hollywoodiens, quoââ!

    M D R ! ( So funny, dear !)

    Une idée, au lieu de se flageller en se gaussant, on pourrait s’entraîner un peu aux ‘4 Ch’ (Châtié, Chantilly maison, Chérie, Chic ) et diplomatiser. Et là, s’il existe un frangin Divinado (trop chou de préférence) , on vise loin et on tombe d’accord pour plus si affinités, afin de tremper ses ongles incarnés dans leur piscine lagoon, comme belledoche … Et v’là les angoisses au placard avé le rhum , l’avenir de la princesse étant assuré !
    S’pas, Bulle?
    ça me rappelle quelques-uns … non ?

    1. Laisse tomber, ils ont trois FILLES. Les riches, c’est plus c’que c’était. Même pas un héritier digne de ce nom.

  24. Je tombe par hasard sur ton blog (on se tutoie c’est mieux nan?) et v’la sur quoi je tombe! Ma première a 2 ans 1/2 mais on n’est jamais trop prudent elle fait déjà des bisous aux gars de sa MAM en cachette la chipie!
    Je me marre tellement en lisant ton article que je manque de perdre les eaux sur mon canapé (oui j’ai remis ça et c’est encore une minette jsuis pas rendue!)
    Merci pour la tranche de rire ça me permet de tester mon périnée avant Verdun 😉

  25. Fraichement maman d’un petit mec, je m’emmerde à domicile entre 2 lessives, 2 biberons et 2 couches… si, si ! Quelle distraction de te lire ! merci

  26. Me too, Maman d’une pré-ado qui commence tout juste à remuer sa crinière telle Cindy Crawford jadis, je retrouve deux, trois choses qui me piquent…et crains déjà les suivantes !!!
    Merci j’ai beaucoup ri et presque fait pipi dans ma culotte… heureusement ma rééducation périnéale naissante a été efficace !!!
    Au plaisir de relire tes péripéties !!!
    Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *