Non, on ne veut pas connaître le sexe (et on vous emmerde)

number three

Pour Bulle, on voulait savoir. Si possible dès la conception (histoire de se souvenir si on avait visé plutôt à gauche ou à droite). Les futures arrières-grands-mères avaient dégainé les aiguilles à tricoter, restait plus qu’à savoir si elles se ruaient sur les pelotes bleues ou roses (elles avaient déjà utilisé tout le blanc et le jaune). On a su lors de la deuxième écho. Fille.

Pour Coincoin, on se tâtait à garder la surprise. Et puis, contre toute attente, lors de la toute première écho, le gynéco de l’époque nous a demandé si nous voulions connaître le sexe de la chose. En chœur, nous avons hurlé un « oui » franc et massif. Pour la surprise, on repassera. Garçon.

Pour Numéro Trois, j’avais prévenu l’Homme depuis des années : si troisième il devait y avoir, il était hors de question que l’on connaisse le sexe avant le jour J. Lui m’avait répondu par un « ouioui » qui voulait surtout dire « Tout ce que tu veux, tant que tu te décides à faire ce troisième ». Et puis, quand je me suis enfin décidée (c’était pas vraiment gagné-gagné, hein), que je suis tombée enceinte, j’ai soutenu mordicus mon souhait. L’Homme a bien eu les boules, parce qu’en fait, lui, il voulait savoir. Mais comme c’est moi qui décide (parce que je suis la chef) (parce que c’est comme ça), il est bien obligé de se coller à mon idée. Donc, on tient bon. Il ne reste plus qu’une ou deux échos avant la sortie de grotte, donc il est fort probable que la surprise soit totale le jour J. Et je trouve ça génial. L’accouchement, cette boucherie, comporte une part de risques qui fait que, peut-être, on n’aura pas l’accouchement dont on a rêvé (tu sais, celui où tu te dis que tu fais partie des 0,02 % de femmes qui ne ressentent pas les contractions) (laisse moi RIRE). Alors avoir la double surprise de voir la trombine de son grelot gluant et de connaître son sexe en même temps, je trouve ça top. Parce que soyons clairs, on se moque de savoir si ce sera une fille ou un garçon, et en même temps, c’est tellement important.

Sauf que la frustration de ce choix a engendré l’épandage et la résurrection de tout un tas de croyances mystiques. Bien sûr, à part l’échographie, il n’y a aucun moyen de savoir si les garçons ou les filles seront majoritaires d’ici trois mois. Sauf que l’entourage y va gaiement de ses prévisions. Ils pourraient jouer à trois-petits-cochons-pendus-au-plafond, mais non, on a droit à des pronostics qui te feraient bander Omar Sharif.
Les plus farfelues restant les trucs de grand-mère. Du genre : tu as vraiment grossi de partout (merci), c’est une fille (ou inversement) ! Le fait que j’aie également pris 25 kg pour mes deux précédentes grossesses, avec deux sexes différents à la clé, n’entre pas en compte à ce moment là.
Il y a aussi les envies. Moi je pense investir dans l’achat d’une bananeraie, je ferais des économies (mais comme j’ai dit sur Facebook, à force de manger des bananes, il est fort probable que j’accouche d’un bébé babouin). Alors comme j’ai des envies de sucré, c’est une fille, mais comme la belle-soeur de la cousine de ma tante avait envie de bananes et que c’était un garçon, au lieu de dire que ces histoires sont des foutaises, on se dit que non, peut-être que c’est aussi un garçon. Et puis pendant les trois premiers mois, je ne mangeais strictement que du salé, alors tout bien réfléchi, c’est peut-être plutôt un garçon. Il s’en faut de peu pour qu’on ne me demande si l’Homme a déversé sa semence divine vers le Nord-Ouest ou vers le soleil levant (la bonne réponse est : beaucoup trop amer).

Après, il y a l’utilisation du sixième sens, des intuitions. Mes collègues sont convaincues que c’est une fille. Ma mère est aussi persuadée que j’attends une fille, mais-c’est-pas-grave-si-c’est-un-garçon (mhm). Ma belle-mère, elle, qui compte à son actif pas moins de cinq petits-fils et une seule petite fille, est déjà désespérée car elle est sûre que c’est encore un garçon. On lui a dit d’attendre un peu avant de se jeter dans la rivière.

Mais les loleries les plus mieux, ce sont celles des vrais grands-parents : le grand-père de l’Homme a soi-disant un test infaillible, qu’il a lui même vérifié sur au moins neuf générations : il fait semblant de faire tomber une clef, et selon si la future mère l’attrape par le rond ou par le manche, cela donne le sexe du bébé. Le problème, c’est qu’il n’est jamais vraiment très sûr de quel geste engendre quoi. Il y a aussi eu une amie de ma grand-mère, qui m’a dit qu’il fallait que je consulte la lune. La lune, que l’on case à tout va dès qu’on ne sait pas trop expliquer quelque chose. Donc, il fallait que je guette je ne sais quel changement de phase lunaire… Ou le calendrier chinois (ahhh, ces Chinetoques… depuis qu’on sait qu’ils ont inventé les pâtes et les pandas…). Ou encore, the best, le sens de rotation de l’implantation de cheveux du petit dernier… Encore un peu, et j’aurais dû faire une danse de la fécondité devant mes premières selles en lune montante.

Je suis scientifique (si). Au début, pour le folklore, ces histoires de prédictions me faisaient ricaner. Mais là, je m’aperçois que les gens croient VRAIMENT à ces foutaises. Et ça me dérange. Voire ça m’agace prodigieusement. Pas tellement pour le résultat de ces tests, puisque statistiquement, une personne sur deux criera à tord et à travers qu’elle avait bien raison. Mais plutôt parce que je me demande si ces gens ont eu des cours de sciences un jour dans leur vie. Ou alors ils avaient systématiquement aquaponey à ce moment-là. Que les vieux croient aux phases de la lune ou à l’orientation d’une clef, passe encore. Mais que des jeunes, éduqués, croient dur comme fer à ce genre de choses, ça me donne envie de casser des noix entre mes seins (gné ?).

En vrai, ce qui m’agace le plus, ce sont les gens qui me demandent « ce que je préférerais » . Ce à quoi je réponds invariablement que là, sur le moment, je préférerais un Snickers, mais que si y’a que des Mars, je ferai pas ma difficile.

Après, il y a aussi les gens qui guettent le moindre signe de ma part. Si je l’appelle le Rôti, tout le monde dit « ah ben oui, c’est un garçon ! » (non, c’est un bébé). Si je l’appelle la Paupiette, alors forcément, c’est une fille ! (non, c’est toujours un bébé). Du coup, je dis « le Rôti ou la Paupiette », mais c’est un peu long. Et « le bébé », c’est impersonnel. Donc en ce moment, je dis Bébéchou (tu saisis la nuance ?) (hormones pawa).

En attendant, comme on est joueurs, on a lancé des paris autour de nous. Chacun doit deviner le sexe, la date d’accouchement et le poids. Au final, celui ou celle qui se rapproche le plus près gagnera un repas à l’appart. C’est-à-dire un dîner jambon-coquillettes sur fond sonore à base de « OUIIIIIIIIIIIIIINNNN ! ». Faut pas déconner, personne ne fait de boeuf bourguignon avec des crevasses de tétons qui sèchent à l’air libre et des valises sous les yeux.

Le seul côté pas vraiment pratique, c’est que j’ai une furieuse envie d’acheter des fringues mimi-rikikis, et le mixte, ça va un moment (surtout qu’à part blanc, beige et gris, je n’aime aucune autre couleur). Du coup, j’attends, avec le risque qu’il ne reste plus rien dans les rayons à cause des soldes qui auront lieu trois semaines plus tôt. Mais c’est pas grave, je lui fabriquerai des pyjamas en peau de bête, ce sera fashion-swag.

Bref, on ne veut pas connaître le sexe de Bébéchou.

Rendez-vous sur Hellocoton !

41 thoughts on “Non, on ne veut pas connaître le sexe (et on vous emmerde)

  1. Bon alors, pour ma part, parce que moi c’est mon premier et que moi je me suis même pas posé la question de savoir si je voudrais connaitre le sexe ou pas, … JE SAURAI … donc les tests à la mords-moi-le-noeud (ou autre chose mais pas trop fort) je peux vérifier leur fiabilité.
    Pour ceux qui savent pas, le mien (de bébé) c’est un rôti (oui un mÂÂle). En passant, t’as oublié le fameux calendrier maya, différent du calendrier chinois. Enorme la différence tu me diras, pour ma part (oui j’aime tout ramener à moi sur ton blog) le maya me prédisait un garçon et le chinois, ben une fille ! Ah la Chine… Bon ca ne prouve pas que c’est que du pipeau.

    Ayons un raisonnement scientifique (oui j’ai aussi fait des études scientifiques, entre belle-soeur, on se comprend).
    J’ai mené mon enquête. Je détiens l’information de source sûre, la date de la conception du Bébéchou de Chag remonte à avril. Si (obligatoire dans tout raisonnement mathématique) on se fie (un peu moins scientifique ça) aux calendriers, maya ou chinois, que la conception soit d’avril (Chag) ou de juin (moi) à 29 ans (oui on a le même âge !) le bébé est du même sexe. Bon d’accord garçon pour les mayas et fille pour les chinois. Mais puisque pour moi c’est un garçon et que mon raisonnement affirme (sisi) qu’ils seront de même sexe, alors (indispensable aussi alors) ça sera aussi un garçon.
    CQFD

    De plus, en avril on dit « ne te découvre pas d’un fil ». Vu l’hiver passé, on pourrai meme dire de deux fils, et Oh… voila le mot fils, donc c’est bien un garçon. (oui bon ok c’est un peu tordu).

    En ce qui concerne les envies, depuis le début, j’ai des envies salées, ca peut pas être qu’une lolerie !!!
    La forme du ventre aussi, ben pareil, tout devant !

    Bon ok, toute façon je pense comme toi, c’est que des loleries comme tu dis, c’est pas scientifique, mais c’est quand même un peu plus marrant de s’éclater avec ça que de se dire que c’est fifty-fifty fille ou garçon. Non?

    Bon sinon question hyper importante, tu préfère quoi toi vraiment ? nan parce que t’as dit un Snickers mais je trouve que ça colle trop aux dents avec les cacahuètes à l’intérieur et tout, un Mars c’est mieux déjà, ou alors un Milky Way, ah ça c’est trop bon !

    Bref ça sera un garçon (ou une fille).

    1. J’ai regardé. Si ça peut t’aider, les Mayas avaient vu juste pour Bulle et Coincoin ! Ils sont fortiches. Donc mon futur fils, je l’appellerai Paco. Ou Rabanne.

  2. Si jamais un troisième il y a, je serai comme pour les 2 premiers, tellement curieuse que je voudrai savoir dès la 2ème semaine si c’est une fille ou un garçon… Mais comme jsuis scientifique aussi, je sais qu’on peut pas… Faut attendre la 3ème semaine… 😉

    1. Héhé. On est curieux aussi ! C’est super dur de tenir ! Mais je me dis que l’accouchement n’en sera que plus magique. Et je suis super fière de tenir. Dr M&M’s est aussi très chouette sur ce coup. Il sait que j’ai l’oeil affûté lors des échos, et il a toujours veillé à ce que je ne vois rien du tout. Une perle, ce gynéco.

  3. Moi j’ai fait des études scientifiques alors je sais que toutes les filles qui utilisent le mot aquaponey ont un garçon en troisième…

  4. Enceinte de No3, j’ai demandé aux grands ce qu’ils préféraient. Pierre voulais un grand frère et Charlotte un petit chat…

  5. C’est chouette Rabanne, il aura en plus un super succès à la plage avec un prénom pareil (en plus c’est totally ambidextre comme prénom, ça peut faire rôti ou paupiette), it´s a keeper!

  6. Marine : ici Bulle voulait une 3 DS XL et Coinco a décidé que c’était un petit frère. Et si c’est une petite soeur on lui changera son prénom et comme ça ce sera un frère. Bonjour la psychanalyse.

    Despe : en vrai on a eu un gros coup de coeur sur un prénom de fille, et on se tâte entre deux pour un prénom de garçon. Donc effectivement, Rabanne c’est parfaitement ambidextre.

    1. Voilà ! Ya tellement de gogoles qui font des enfants pour avoir une fille ou un garçon (bonjour c’est pas Noël !) que du coup, les gens pensent que si on veut garder la surprise c’est pour ne pas être déçus. Déçus… N’importe quoi.

  7. chag,comme je t’aime d’amour,je pense que ton n°3,c’est un gars :ma preum’s c’est une fille (comme toi),mon deuz,c’est un gars,donc ton troiz,c’est un gars (comme moi !)-logique imparable !!!!
    ou sinon,une fille …que sera,sera,quoi !

  8. 2ème échographie lundi et on voulait savoir.
    Trop impatients. trop curieux. Pour des soi-disant questions pratiques d’état civil. Alors le petit bout d’humain que je surnommais triton depuis 4 mois (j’ai pas pu me remettre de l’appendice caudalo-aquatique sur les images de synthèse de l’odyssée de la vie), s’appelle désormais Pluto en attendant.
    parce que c’est pluto une fille il paraît.

    et sinon pour les paris, plutôt que de te fatiguer à préparer un plat de jambon-coquillettes, pourquoi ne pas offrir le poids en coquillettes (cuites ou pas) du futur rôti/future paupiette aux vainqueurs ?

  9. En tout cas, 50% de chances de gagner un plat de coquillettes, du moins si on ne parle que du sexe.
    J’ai connu une famille où ils se sont obstinés jusqu’à six filles pour avoir un garçon. Puis ils ont abandonné l’histoire.
    La mère a créé une chorale.

  10. Tu me fais toujours pisser de rire (et péter de rire comme disent les jeunes, mais j’ai le périnée timide alors je m’en tiendrai à la première partie).

    Je fais pipi, je reviens.

    Pour la Micro-Fille Princesse de Cacaland, on avait pu savoir dès le 4ème mois. On était contents, évidemment. En plus elle était déjà top moumoute, ça se voyait trop. Bref. On était contents. Mais comme on est des affreux, on n’a rien dit aux autres, et on les a laissé mariner dans leurs questions jusqu’à la naissance, principalement pour deux raisons :

    1) On gardait un truc rien que pour nous, un secret qui voulait dire « attention ceci n’est pas une grossesse familiale, ce foetus est à nous, c’est le précieux, recule d’un pas vieille tante ».
    2) On évitait les montagnes de cadeaux roses et les jouets ultra sexués que je mets un point d’honneur à envoyer valser. « Oui voilà mamie, la Crevette impériale jouera avec des bouts de bois et s’habillera en beige pour aller manger son quinoa, c’est comme ça et pas autrement. »

    Pour Numéro Deux (qui a un surnom vachement moche tiens, faudra que je réfléchisse quand j’aurai fini de te raconter ma vie à une heure du matin), actuellement en train de cuire, on voudrait faire les guerriers et garder le secret total jusqu’aux bout. Mais je crois qu’on va craquer dans pas longtemps. Genre demain, tiens.

    Bisous bisous, kiss, lol, prout.

    1. Rho t’es enceinte du Deuz !!!! Félicitations ! Tu ponds quand ? Histoire qu’on compare ce qu’il restera de nos périnées.
      Alors pour Bulle, on l’avait dit à tout le monde : erreur FATALE. Son prénom aussi (je pense que ce sera l’occaz d’un nouveau billet) : erreur FATALE number two. Du coup, douchés, pour Coincoin on savait, Bulle (du haut de ses cinq ans) savait, mais autour de nous, on n’a rien dit non plus ! Là, du coup, personne nous saoule.

  11. Nous, on voulait pas savoir. Ça a été un drame dans la famille.
    On a tenu bon.

    On s’est fait chier quand il a fallu remplir les papiers à l’arrivée à la maternité, parce que c’était pas prévu, l’inconnu… Tu dois mettre les prénoms du gosse, t’as qu’une ligne, déjà c’est chaud pour écrire « Crapaud-poilu, Raoul, Gustave ».
    Alors j’avais fait une petite flèche sur le bord pour écrire « OU Paupiette, Chantal, Kimberly »
    Et quand il est né, tout le monde faisait « hou la la, le bébé !!! …. » bla bla bla….
    Et j’ai dit : « Mais c’est quoi ? »
    Stupeur des sage-femmes.

    C’était un gars.

    C’était cool (la fille aussi, franchement, on s’en cognait)

    Amour et chocolat, ma belle, tiens bon.

    1. Kimberly, Raoul… Je vois qu’on a les mêmes idées de prénoms, en fait. J’avais pas pensé au coup de la maternité. Boh, ils doivent bien être habitués. C’est rare, mais on doit pas être les seuls à se garder la surprise. On verra bien. Je dois déjà aller faire ma casse-burnes à la mater, parce qu’il paraîtrait que depuis le label Ami des Bébés, celle-ci ne tolère plus les dépassements de terme. Or, je ne ponds qu’après la date (un peu comme quand il fallait rendre un devoir de chimie pour avant-hier). Et il est juste hors de question qu’on me déclenche la ponte. Si cet enfant a décidé de naître en février, qu’on lui foute la paix (de toute façon, à partir du 20 janvier, je commence la corde à sauter). Bref, c’est another débat !
      Zoubi ma blonde

  12. Une semaine que j’étais déconnectée du net et là ce soir mon super chéri a tout bien installé. Moi je me rue sur HC pour voir si SAMER a posté. Parce que si c’est le cas je sais que je vais rire, et j’en ai besoin (de rire).
    Et c’était le cas!
    Moi je n’ai ni 1, encore moins 2 ou 3 enfants (pour le moment) mais espère (du fait de mon récent exil) être épargnée par ce genre de pronostic/débat le jour où…..
    Que la force soit avec toi :-)

  13. Arf, j’ai bien ri! Sinon, pour le dépassement de terme, viens vivre ici (au Québec), ils déclenchent à 12 jours post-terme en moyenne, t’as le temps de voir venir 😉
    Pis la mienne aussi s’appelle (se surnomme) Bulle, je trouve ça incroyablement chic!

  14. Bon, pour celles que ça intéresse (peu, je pense, hein) (surtout que je ne donnerai pas le nom de la mater où je pondrai, même si elle est facile à trouver) : j’ai appelé le service obstétrique, apparemment, ils laissent jusqu’à J+4 avant déclenchement. Je mise tout sur le 1er février.

  15. Je ne comprends pas trop, étant nullipare. Mais un bébé peut être parfaitement bien tricoté à 8 mois 1/2 ou à 9 mois et 15 jours, cela dépend de la nature, non ? Pourquoi 9 mois pile ? Toute physiologie est différente, on le voit bien pour des tas de trucs, alors pourquoi ne laisse-t-on pas faire la nature ? Bien sûr, il y a des dangers que l’on peut éviter, etc… et quelquefois déclencher un accouchement est nécessaire. Mais systématiquement ?

  16. On a essayé le plan « on demande pas » pour la deuxième grossesse. Et honnêtement c’était en partie pour par être déçu (parce que j’aurais été ravie d’être maman d’un 2eme garçon mais ça m’aurait saoulée grave de supporter 5 mois de « la fille ça sera pour le 3eme… » et tout le toutim). Bref, on n’a pas demandé.
    Pas eu de souci à la maternité pour l’inscription. Sauf que la naissance ne s’est pas totalement passée comme prévu et il a fallu emmener le lardon très vite pour l’aider à respirer, j’avais eu beau le retourner sur mon ventre j’ai rien vu ET je flippais trop pour lui. L’interne a bien joué le jeu, genre « il va bien… je vous dis « il » parce que c’est « le bébé », hein?! » tout en me recousant l’épisio. Et une sage-femme est rentrée en nous disant « elle va bien votre petite puce ». Sa tronche quand je lui ai sauté à la gorge en lui disant « vous avez dit elle, c’est une fille » (scoop : j’avais envie d’avoir une fille) valait le détour.
    N’empêche que cette fois-ci on a demandé.
    Parce qu’on avait eu du mal finalement à se projeter sans savoir vers quoi on se dirigeait. Et, contrairement à ce que les gens pensaient, avec un gars et une fille à la maison j’avais quand même encore une petite préférence pour une autre fille. Et depuis lundi je me la joue mère juive au sujet du petit couillu qui me file des coups de pieds dans le bide. Logique faite femme. :-)
    M’enfin, tout ça pour dire, chacun fait comme il le sent puisqu’on a la chance d’avoir le choix de savoir ou pas. Emmerder les autres ça a du bon.

    1. Tout à fait d’accord ! Emmerder les autres, ça a du bon. Et puis je comprends que l’on souhaiterait avoir une fille ou un garçon, ça implique plein de choses différentes, pour le moment de la petite enfance, et puis l’adolescence, la vie de cet enfant quand il sera adulte… Ça met aussi en jeu notre propre histoire. Bref, plein de choses, quoi. Après, on me dit que c’est facile pour moi de dire ça parce que j’ai eu les deux ! Mais vraiment, si Coincoin avait été une fille, on n’aurait pas été déçus du tout, et l’Homme m’aurait quand même tannée pour avoir un troiz. Je crois qu’il se serait vu avec une ribambelle de gonzesses fans de son corps. A voir si Bébéchou augmentera les rangs de ses groupies, lui est persuadé que ce sera un garçon (et il n’a aucune préférence). Je te rejoins aussi quand tu dis que savoir aide à se projeter. Pour les futurs papas surtout, je trouve (c’est l’argu de l’Homme pour me faire céder).
      Bref, ça me plait aussi de péter les couilles de tout le monde, parce que moi je veux toujours savoir si les copines vont avoir des filles ou des garçons ! #vengeance

  17. Non à pois. Nan, mais pourquoi ils veulent déclencher à 9 mois jour pour jour ?
    Et puis je n’ai pas de gaine, ni de bas de contention, ni de permanente bleue, ni de tablier à fleu-fleurs bleues, ni de robe de chambre en pilou-pilou, ni de charentaises.

    1. Aucune idée ! Je sais que s’il reste trop, le liquide diminue donc ca peut etre dangereux. Après, pour moi, je sais qu’à un ou deux jours près, les dates de conception données par les gynécos étaient bonnes. Mais pour les filles dont le cycle est anarchique, ca peut varier d’une semaine ! La majorité des bébés sont parés au décollage avant les neuf mois fermes, donc ils poireautent pas. Les miens sentaient bien qu’on allait leur casser les noix une fois sortis donc ils restent au max. Les chieurs. Et puis surtout, c’est génétique cette histoire de dépassement de terme. Je suis née trois jours après, Bulle aussi et Coincoin aussi. Peut-être que pour les maternités, hyper chargées, c’est un moyen de gérer l’organisation prévue. Je ne sais pas trop en fait. Quoi qu’il en soit, pour faire sortir mes bébés, il faut les aider le jour du terme ou celui d’après, avec un décollement de membrane (où tu restes accrochée à la table d’examen, hein) et hop, ils débarquent 48h plus tard. Ouioui, 48h de contractions plus tard. Je trépigne déjà d’impatience…

  18. Je comprends ton impatience… Ma mère est allée trois fois à la clinique avant que je daigne arriver. A cette époque, pas d’accouchement provoqué. Sauf qu’elle a appris, après, que le médecin sans rien demander à personne privilégiait toujours la vie de l’enfant, en bon catholique, s’il y avait un gros problème… En tout cas, merci de m’avoir répondu. Je ne boude plus.

    Pour te consoler, ce sont des Birks. Aussi glamour que des charentaises.

  19. Non pas enceinte mais j’ai un ami qui a une connaissance qui un voisin qui travaille à la NASA et ils ont placé un satellite espion super puissant sur ton bide. Mais n’essaie pas de me tirer les vers du cul, je dirais rien ! Sinon sans rire pour mon asticot, le seul et unique pour l’instant, on avait pas demandé et on a trouvé ça top avec Cro-Magnon. Et une belle occase de prendre la belle-doche flagrant délit de mauvaise foi : « j’étais sûre que c’était un garçon » « ah bon ? vous avez dit l’inverse la dernière fois ! ». Ah ah ah ah ah, grrrrrrr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *