Massage boum-boum

petons

Mes porcelets soyeux,

On doit le concept de famille nombreuse à ma belle-famille. Ainsi, l’Homme a tout un tas de tantes. Mais il y en a une, elle n’est pas tout à fait comme les autres. Elle parle fort et elle est un peu allumée. Elle s’appelle Nathalie, mais pour préserver son identité, nous l’appellerons Martine.
Martine, donc, c’est un peu le rond point incontournable de la famille. On ne sait pas trop comment, mais elle est toujours au courant de tout (c’est elle qui a inventé le téléphone arabe). Limite elle saura avant toi que tu es enceinte. Elle est du genre à suer sang et eau pour organiser les réunions de famille annuelles, et à mettre les pieds dans le plat à peine passé l’apéro. Aussi, elle est pleine d’idées un peu loufoques. Par exemple, pour la naissance de Paupiette, c’est la seule à avoir pensé à moi rien qu’à moi. Il faut dire, elle en a démoulé trois, elle aussi, des grelots. Nos périnées ont vécu la même guerre, ça rapproche. Alors, elle m’a offert un massage post-ponte, à domicile. Je ne sais pas si elle avait lu cet article ou pas, toujours est-il que j’étais à la fois excitée et angoissée à l’idée de cette nouvelle expérience.

Quand j’ai eu la dame au téléphone pour convenir du rencard, elle a dû penser qu’elle était tombée chez une timbrée. Rapport que je lui ai posé des questions qu’apparemment, on ne lui avait jamais posé (les gens manquent cruellement d’imagination, tu ne trouves pas ?). Dans ma tête, je déclinais ce massage en deux points distincts : 1) le massage en lui-même, 2) le concept du « à domicile ». J’ai commencé par lui préciser que c’était une grande première pour moi, histoire de justifier par avance l’éventuelle bêtise de mes questions à venir (j’ai bien fait). Par exemple, je lui ai demandé s’il fallait que je prévois une tenue spéciale. Elle m’a répondu que, comme d’habitude, on allait faire ça en culotte. Immédiatement, mon cerveau a coché la case « dégoter une culotte qui conjugue deux aspects névralgiques : être propre ET non trouée » (j’ai opté pour ma culotte avec les cupcakes) (en plus, elle a un NOEUD). Ensuite, je lui ai demandé s’il fallait que je prévois du matériel particulier. Là, je pense qu’elle a failli raccrocher. Parce que figure toi que je n’imaginais pas du tout que la nana allait se trimballer sa table de massage avec elle. J’imaginais tout et n’importe quoi : qu’on allait faire ça par terre, sur mon canapé, sur mon lit, la table du salon ou encore le plan de travail de la cuisine. J’étais un peu angoissée, parce que, bien que n’ayant aucune expérience en la matière, pour masser quelqu’un sur un lit (hypothèse qui me paraissait la plus appropriée), il allait bien falloir qu’elle se colle à califourchon sur mes fesses ou dieu sait où… Mais bon, j’ai pas osé lui demander sur quelle partie de mon corps elle comptait s’asseoir (j’ai bien fait aussi).

Quand elle a sonné, je venais juste de me donner un dernier coup de rasoir sur le mollet. C’est fou quand même, cette continuelle histoire de poils. J’étais tellement stressée par le temps quand je me suis rasée, que je pense qu’elle a cru que je m’étais scarifiée les guiboles juste avant qu’elle n’arrive.
Quand j’ai ouvert la porte, pendant une seconde, je me suis dit que pour la première fois de ma vie (enfin je pense), j’allais me faire tripoter les nichons par une nana que je n’avais jamais vue. Etant donnée l’étroite intimité qui allait nous lier, je me suis dit qu’on pouvait se taper la bise. Visiblement, elle ne s’était pas dit la même chose. Tant pis.

– Bonjour, je suis Valérie, la masseuse à domicile !
(J’ai de suite vérifié dans le couloir que personne ne l’avait entendue. Imagine le merdier si les voisins commencent à croire que je paie des femmes rousses aux gros seins pour venir me masser CHEZ MOI) (je veux dire, j’ai une voisine qui est VRAIMENT Thaïlandaise).
– Salut ! Moi c’est Chag. Je t’en prie, entre, Valoche ! (j’estimais que comme elle allait voir mes roberts, on était déjà suffisamment proches pour les surnoms)

D’abord, j’ai pas trop compris pourquoi, mais elle est restée sans bouger dans l’entrée. Je me suis demandée si c’était parce que le salon n’était pas assez feng shui, ou si elle comptait palper ma couenne dans deux mètres carrés. En fait, c’était juste une zélée de la politesse. Puis, quand elle a déplié sa table de massage dans mon salon, j’ai ressenti un soulagement intense. Très bon point : elle n’allait donc pas s’asseoir sur mon visage.

Une fois que tout le fourbi était en place, elle m’a regardée, et m’a dit : « Bon, allez, on y va. » Là, je crois que je me suis sentie comme chez le gynéco, juste après cette seconde cruciale où il te dit « de passer à côté » et où tu persistes en lui demandant si tu dois ou non enlever ton t-shirt (ou tes chaussettes). En vrai, je ne suis pas vraiment pudique. J’habite au rez-de-chaussée, une baie vitrée de presque quatre mètres expose tout mon salon, le tout, sans rideaux. De plus, j’ai toujours une flemme atomique quand il s’agit de m’habiller, action que je repousse systématiquement au dernier moment. Ce qui fait que mes voisins, en goguette devant mon appartement, se sont parfois retrouvés avec la vision de la pleine lune, mais au milieu de l’après-midi. Valoche, elle, était au final plus gênée que moi (je pense qu’en fait elle a de suite été troublée par ma plastique avantageuse).  Elle s’est alors jetée devant moi (à poil, donc) un grand plaid étiré entre ses bras levés, pour cacher la vue à d’éventuels voisins (je crois qu’elle me voulait toute entière juste pour elle). Comme je ne voulais pas qu’elle pense que je suis une fille facile, je lui ai dit que ça ne me gênait pas. Mais elle, ça devait la gêner, puisqu’elle continuait d’agiter les bras frénétiquement. Pour qu’elle se sente plus à l’aise, j’ai donc précisé que « mes voisins avaient l’habitude de me voir nue » (j’ai toujours su rattraper les situations) (je pense qu’elle a cru que j’allais la violer).

Malgré tout (et comme il lui tardait de toucher mon corps divin), elle est restée. Elle a fixé une têtière au bout de sa table, une sorte d’anneau où le visage est libre (ce serait con de mourir étouffé). Une fois allongée, elle m’a dit qu’elle allait prendre quelques secondes pour « se préparer ». Je n’ai pas vu ce qu’elle faisait, mais j’ai nettement entendu des vêtements voler et des chaussures s’ôter. Ca y est, en fait, elle va vraiment s’asseoir sur mes fesses… Elle a fait des bruits de respiration, quelques étirements, puis elle est venue se placer devant ma tête (et non dessus). Immédiatement, je les ai vus : ses ongles de pied. Ils étaient recouverts d’un vernis orange FLUO. Quand même, quelle faute de goût. Le Fluo, c’est so 2012. Impossible de me décrocher de cette vue : j’étais hypnotisée par ses orteils. Par contre, je n’ai pas oublié LE détail : je respirais la bouche OUVERTE. On n’est jamais trop prudent quant à l’haleine de poney après une heure le clapet fermé.
Puis elle a dit « c’est parti », et elle a posé ses mains chaudes et huilées sur mon dos.

Après, je ne sais plus très bien ce qu’il s’est passé. Je me souviens de vagues sensations. Ce ballet merveilleux était orchestré d’une main de maîtresse. D’abord le côté face : le dos, une moitié, puis l’autre. Puis une jambe, une autre. Les bras… (je crois avoir eu un premier orgasme quand elle a fait bloblotter harmonieusement mon gras de derrière de bras). A ce stade, je n’avais jamais autant aimé le vernis orange fluo. Valoche m’a demandé si ça allait. En fait, en ouvrant les yeux au travers de la têtière, j’ai vu que j’avais littéralement bavé sur mon parquet. Ca voulait donc sûrement dire que c’était pas mal.
Ensuite, on est passé au côté pile. Le ventre, les jambes encore, les mains (putain les MAINS !), le visage, les oreilles… Mioum… Je me suis demandée si elle allait résister longtemps à l’envie de palper avec vigueur et fantasme mes deux énormes mamelles enchanteresses. Il faut croire que oui. Elle passait de part et d’autre, ses mains jointes, ses seins sous mon nez. C’était quand même un peu foufou, que je sois à poil, dans mon salon, en train de me faire tripoter les nibards par une inconnue qui frotte ses tétons au-dessus de mes yeux. Mais c’était bien, c’était bon, derrière mes paupières, je voyais des petits poneys jouer avec des renardeaux, j’espérais que ça ne s’arrête jamais, je me demandais si elle allait oui ou non me masser le clitoris…

En fait, non.

Enfin, elle m’a signalé que la séance de papouille était terminée. J’ai failli pleurer. Elle aussi. En me levant, j’ai remarqué que mes licornichons avaient répandus leur élixir sur la serviette de bain en deux gros cercles humides.
J’avais donc aussi joui des nibards.

Classe.

Moralité, prenez exemple sur Tata Zinzin. Oubliez le grelot, offrez de l’extase à celle qui en a bavé sec pour démouler, elle vous en sera reconnaissante jusqu’au bout du périnée. Par contre, futures mères cernées et hormonalement déficientes, ne faites pas comme moi, et prévoyez une âme charitable pour paupietter pendant une heure. Comme ça, pendant le tripotage légal, vous écouterez vraiment de la flûte de pan…

Martine, you rock <3

.

.

Ps : Je sais, la photo n’a rien à voir, mais j’allais quand même pas photographier ma bave ni mes nich’ !

Rendez-vous sur Hellocoton !

43 thoughts on “Massage boum-boum

  1. J’adore j’adoorreee jouir des nichons je la garde, je peux?? Une collègue de grossièretés, pas de vulgarité rien à voir de grossiereté chouette^^
    Un style excellent j’aime beaucoup
    Vous aviez compris l’idée que je repasserais car je trouve votre blog super top trop génial quoi^^
    Ne changez rien c’est parfait
    Bonne soirée et merci pour ce bon moment

    1. Han mais GRAVE ! J’avais un pote vietnamien qui m’en faisait, jadis, quand je faisais des chinoiseries avec l’Homme. Mais comment c’était de la BALLE !

  2. Je songe à imprimer ton billet sur une tablette en bois, y incruster des loupiotes qui clignotent selon une méthode de fais-le-toi-même trouvée sur un blog branchouille, et le mettre dans la « boîte à papa » de Monsieur Pantoufle.
    Desfois que, on sait jamais, imaginons.
    Desfois que sa carte bleue soit réceptive aux suppliques de mes ligaments torturés.

  3. Merde comment je fais si mon flacon d’orange fluo (acheté en 2013) est encore plein ? Ou alors je me reconvertis en masseuse. Elle déchire ta Tante Martine, moi j’en ai une aussi mais elle s’appelle vraiment Martine et elle a offert une peluche lapin pour la naissance de l’Asticot. Une vraie peluche, même pas un sex toy… Je vais l’appeler Nathalie, peut-être ça marchera dans l’autre sens !

  4. Je viens de me faire offrir par une amie un bon pour un soin à la Thalasso de Ré. J’hésite entre le modelage californien (« Soin enveloppant de tout le corps pour une détente complète qui vous apportera confort et réconfort. Un vrai moment d’abandon et de lâcher prise ») ou le Shiatsu Lumière visage (« Ce soin visage pour l’énergie, la clarté, la fraîcheur… Éliminer toxines et apaiser tensions musculaires à l’aide de pierres semi-précieuses »).

    Je n’arrête pas de lire les descriptions et j’ai même pas besoin de me masser le clitoris.

    1. ouh là Belle Blonde Paresseuse, si tu peux te permettre d’augmenter le montant du bon, fais-toi le kiff total, l’absolu 5 sens, tu verras c’est juste hallu…cinant!!!!!!!

    2. Oh putaingue : je viens de jouir des yeux …
      … mais c’est cruel en même temps : comment choisir ????

  5. Allo ! C’est Martine, Nathalie, pas Sylvie j’aurais pas pu lire, merci pour ton billet. Tante ZinZin, elle en a encore plein sous son chapeau…… Kiss

  6. hi, hi, peu de temps après avoir démoulé, on m’a offert un soin de pure folie, gommage, enrobage et modelage au… chocolat!!!!! Comme j’avais moi aussi joui des nichons, t’imagines la suite 😀

  7. Chag, ma très chère Chag, ça commence à bien faire!

    ouane/ Tu paupiettes tellement bien que ça me donne des envies de remettre le couvert alors qu’ il en est absolument pas question
    deuze/ Tu jouis chez l’ostéo et moi j’ai BESOIN d’aller me faire remettre les os en place
    troize/ Tu jouis avec la masseuse à domicile : là tu m’achèves

    Et ch’te ferais dire que mon ex-paupiette à moi, j’ai nommée Attila 1ère, Reine de mon coeur (18 ans, mon dieu pardonnez-la) a dit en voyant la tienne -évidemment faut qu’elle matte par dessus mon épaule, ce que je peux bien faire sur le net- « Oh ben elle est mignonne cette bébée! ».
    Donc :
    ouane/ ta paupiette est tellement jolie qu’on reconnaît -malgré son jeune âge- que c’est une petite nénette
    deuze/ Tu peux danser la gigue avé ta culotte cupcake (avé le noeud) sur ta tête car c’est la PREMIERE fois qu’Attila fait un compliment sur un bébé. Même ceux de ma famille ont droit au quolibet de « sharpei » ou « bébé-alcolo »….
    et je crois que c’est pas vraiment sur un malentendu ….
    Des bises!

    1. Le jour où tu ne veux plus d’Attila, je l’adopte.
      Enfin méfie-toi. A son âge, je jurais que JAMAIS je n’aurai d’enfant !!! Quant aux bébés, autant te dire que Sharpei et Bébé alcoolo, ça reste des termes gentils par rapport à ce que je crachais (et crache toujours, sauf pour les miens). Résultat, à 19 ans, j’ai démoulé Bulle. La suite, tu la connais.
      Allez, à bientôt, MERE-GRAND ! Mouahaaa !

    1. oh hé, ça va ! Moi le mien il est jardinier, et il me ramène jamais de fleurs. Alors laisse-moi penser que le tien ne te palpe plus la couenne depuis le lendemain de votre mariage.

  8. Ahlala, ces licornichons… Faut jamais trop se détendre avec eux, sous peine qu’ils expriment leur joie de manière un peu trop humide, les traîtres. Et ce, même après 18 mois, tout rodés qu’ils sont.

    (sinon rien à voir, mais maintenant à chaque fois que je vais pour saisir l’adresse du blog dans mon navigateur, j’ai envie de taper « samerlipaupiette », voire « saperlipaupiette », je suis à la limite du doigt qui fourche !)

    1. Samerlipaupiette ! Je valide ! Tu sais quoi, j’avais pensé à faire une rubrique justement intitulée comme ça, où j’aurais mis des billets sur les histoires avec un bébé toussa. Mais bon, le blog de maman, c’est pas méga mon truc, je manque d’inspiration je crois. Du moins pour l’instant, Paupiette est juste PARFAITE (je pèse mes mots, j’ai eu deux chieurs avant elle), donc pas de quoi vanner, juste s’extasier de plaisir (guimauve, et ALORS ?)

      1. Je trouve que tu t’en sors plutôt bien niveau « billet de blog de maman » 😉
        La guimauve ça colle aux dents et c’est franchement mauvais mais ça a un sacré côté additif hein ! Pro-fi-te(roles avec du chocolat)

  9. Excellent !
    T’as vérifié d’avoir bavé au sol et non sur les orteils fluo de la belle rousse ??

    Le souvenir du délicieux gommage, puis douche (façon pluie tropicale, un délice) et enfin massage que j’ai eu il y a bien longtemps a refait surface, nostalgie de ce pur moment de bonheur.
    Autant le massage des mains c’est le kiff suprême, autant le gommage des mains j’ai pas tenu le coup, la masseuse a du arrêter.

    Bravo Tata Zinzin !

    1. Toute cette expérience fofolle m’a donné envie de tenter des massages nouveaux. Des trucs punchy (j’aime me faire violenter), asiatiques, avec des points particuliers, refaire les mains… Je veux me faire tripoter la couenne toute ma vie.

  10. Entre ton billet, les commentaires de la blonde paresseuse, madame Pivoine et Sterenn et tes réponses, je sais si je vais pouvoir m’arrêter de rire comme une débile devant mon écran … Merci les filles !

  11. Et ben voilà, je suis zinzin ! Moi aussi j’offre des massages aux copines qui accouchent ! ça doit être parce que Nathalie est mon troisième prénom, héhéhé.

  12. Bon, après avoir demandé (gentiment, hein ?) que le fond du blog soit statique, je me suis dit que j’allais commenter un peu plus souvent. Je suis de nature sympa, sur le fond.
    C’est vrai que cela doit être le pied de se faire masser chez soi. Il a fallu que j’ai une voisine masseuse pour apprendre qu’elles investissaient dans des tables de massage (et que ma voisine poids plume pouvait transporter sans souci). Les mains, je confirme, c’est un des meilleurs massages.

    1. Welcome de ce côté-ci du rideau ! Effectivement, en temps normal (jadis), le fond était statique ! C’est bien mieux comme ça, tu marques un bon point (au bout de dix, tu auras une image de Paupiette).

  13. Etant fan de massage, j’ai trouvé le truc ultime pour m’en payer sans mauvaise conscience (c’est un peu tordu mais je suis prête à tout pour justifier chacun de mes comportements) : je calcule le budget mensuel d’un fumeur d’un paquet de clopes par jour et je convertis le tout en massages ! Au vu des perpétuelles augmentations, mon budget est en hausse constante. C’est un peu retors, vu que, n’ayant jamais fumé, ne pas fumer ne me pèse évidemment pas du tout, mais, après tout, pourquoi ne pas dépenser à se faire du bien ce que d’autres dépensent pour des cigarettes, hein ? Du coup, si tu veux des adresses sur Bordeaux (deux personnes à conseiller, une pour massage thaï et l’autre pour du shiatsu)…

    Et pour le sondage en cours, je vote 7bis (j’aime bien aussi le 3, mais j’ai peur que cela soit un peu chargé à la longue).

    1. Ecoute, pour l’instant, on est méga rik-rak niveau sousou. Par contre, maintenant que je suis au top du désir de papouillages, ne t’inquiète point, je me souviendrai où demander ! ^^
      En revanche, moi, je fumais ! Et je recommence à avoir envie, sauf qu’évidemment, vu le prix, ca calme. Au pire, je ferai comme toi : je convertirai les sommes en plaisir !

  14. Martine, elle déchire sa race (je sais, ce prénom et cette expression ensemble, c’est carrément anachronique, mais « Martine est vraiment bath », c’est contre ma religion).
    Sinon, pisqu’on a pu le droit de commenter dans l’autre article (à bas la dictature!) moi j’aurais dit 2… A voté!

  15. J’ai joui des nibards à la lecture de ton article, alors que j’ai arrêté d’allaiter ya 18mois. You rock et tata Martine aussi

  16. Tout d’accord avec Madame H ,un régal!

    Et puis alors ça, je prends!
    Justement je suis en recherche intensive.

    Désespérée de confier mon anatomie à des kinés sans mains….ou si peu, je me ferai bien oindre par ta Valoche, papouilles-table-et même vernis fluo compris !

    Tu as découvert là une perle, et je m’y connais pour avoir le dos en chips, écumé les formules -plus de shiatsu,trop brutal- et aussi avoir exerçé un temps de mes douces mains (surtout avec les bébés,à l’Indienne).

    Mais voilà, le self massage c’est comme faire l’auto-dentiste…pas pratique
    Au moins là c’est deux-en-un, care & fun !

    Elle se déplace → au-delà de 100 Km ?…

    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *