La Dream Team reprend du service

coincoinsabrelaser

Mes chatons angoras,

Aujourd’hui, comme je te l’avais promis il y a environ mille ans, je vais te raconter la rentrée de la Dream Team (<- clique si tu as loupé les présentations).

Hein, que t’es content ?

D’abord, sache que le jour de la pré-rentrée, c’est le seul jour de l’année où on se fait la bise. Enfin celui-là, et aussi le jour de son anniversaire. C’est sacrément cool d’être dans une école où on ne se bisouille pas la tronche tous les matins. Niveau partage de miasmes, on est déjà suffisamment servis avec nos élèves (j’ai une gastro). Par contre, on se touche beaucoup le cul.

Mais commençons par Job, notre unique mâle de la troupe, revenu tout frais d’une sorte de Koh Lanta montagnard abominable qui cumulait un triptyque absolument jouissif : course + nuit + boue (je bande). Quand il raconte ça, ça fait vachement moins flipper que quand toi tu racontes comment t’as fait tes courses un samedi aprem avec trois gosses. Chacun ses limites, tu me diras. Lui, il devait faire des choix soi disant cornéliens : boire de l’hydromel radioactif ou manger du plutonium, pour courir encore trente kilomètres sous la flotte et dans la forêt. Autour de la table, tout le monde faisait des oh et des ah. On voit bien qu’ils ne connaissent rien aux vrais choix de la vie sauvage : « Ficello ou Babybel ? Et si vous vous engueulez, je prends du Maroilles ». Il se fait mousser grave, le Job. Tu m’étonnes, il passe ses journées entouré d’une tripotée de gonzesses qui crient comme des putois à chaque occasion (oui, l’arrivée in extremis des dernières commandes constitue une source de joie non dissimulable).
Aussi, Job, sous ses airs de Mac Gyver, il n’a pas bien pigé le concept des cinq fruits et légumes par jour. Lui, il les case tous à chaque repas. On voit bien qu’il n’a pas regardé Gulli. Franchement, c’est pas la peine de se la péter.

Alcaline, quant à elle, nous est revenue avec une saga de fin d’été digne des plus grands suspens de France 3 : allait-elle, oui ou non, acheter le fameux Thermomix, fantasme érotico-cuisinier de la ménagère de moins de cinquante ans ? Apparemment, le Thermomix, c’est l’équivalent du vibromasseur supersonique pour les femmes friquées Barbara Gould. L’ennui, c’est qu’il fait visiblement tout, sauf l’orgasme, justement. Nous avons donc été tenus en haleine pendant deux semaines, avec un récit poussé de chaque étape de réflexion. Elle a même failli signer un contrat foireux, présenté par une commerciale de Thermomachin. Un midi, alors qu’Alcaline s’aperçut de la supercherie, elle décida de l’appeler pour lui dire ses quatre vérités. Si tu étais entré dans la salle des maîtres à ce moment-là, tu aurais trouvé cinq nanas hystériques en train de glousser autour d’un téléphone des années 90. Manque de bol, la nana n’a pas décroché. On était hyper déçues, d’autant plus qu’on avait passé environ un quart d’heure à élaborer un plan d’attaque hyper détaillé (on n’avait pas encore commencé les APC). Finalement, Alcaline a trouvé un Thermochose sur le bon coin, à un prix de dingue. Depuis, elle fait des soupes. Enfin des veloutés. Mais sans crème, tu vois. Parce que le Thermotruc, il te mixe le légume comme si t’avais mis de la crème, sauf que y’en n’a pas. Dingue.

La Chef, elle, est revenue très en forme. Elle a renfilé ses chaussons de directrice comme si de rien n’était. Je veux dire, moi, il me faut chaque année environ trois semaines pour assimiler quels jours je suis de surveillance de récré. Le deuxième jour de la pré-rentrée, c’est celui du bal des réunions. Ou plutôt de LA réunion, puisqu’on y passe la journée.
Le matin, la Chef est arrivée avec son calepin à petits carreaux, sur lequel elle note tout. La réunion de 9h a donc tout naturellement commencé à 9h50. A 10h15, la Chef n’avait toujours pas pu en placer une pour nous donner l’ordre du jour. A 10h20, on a enfin commencé la réunion. A 10h30, on s’est dit qu’on avait bien mérité un petit café. La Chef a soufflé, et elle a posé son stylo. Et à 15h, tout le monde a râlé parce qu’on était encore en réunion et que personne n’aurait le temps de peaufiner sa classe. Sans déconner.
Ce matin-là, on a aussi fait la connaissance de Bizu, notre nouvelle collègue. La pauvre. On piaillait tellement fort pour trouver la date de la kermesse qu’à un moment, elle a plaqué ses deux mains sur les oreilles. Je suis sûre qu’elle était à deux doigts des balancements autistiques quand on a attaqué le fameux planning des récrés. Elle a quand même survécu à la traditionnelle foire d’empoigne : personne ne veut être de récré, mais comme on est bien obligé, on veut tous partager une récré avec un collègue différent. Autant te dire que ça crée un joyeux merdier dans lequel tout le monde pète des pâquerettes pour la bonne cause. Les sacrifices de l’éducation nationale sont sans bornes, je vous le dis. Bref. Bizu a dit oui à tout. Tu m’étonnes, elle est NOUVELLE. En vrai, je crois qu’elle avait surtout peur que quelqu’un se mette à hurler encore plus fort. Je me suis dit que, quand même, elle allait peut être trouver l’année un peu longue (on piaille beaucoup et très fort, dans cette école).
Finalement, Bizu, elle est énorme. C’est une toute petite nana de presque quarante-dix ans, avec une coupe de cheveux so crazy horse, et comme elle met tout le temps des talons, elle marche en faisant de tout petits pas. On dirait un mélange entre une geisha et Linda Hunt. Mais sous ses airs de maîtresse en papillon de lumière (elle parle comme la princesse des Chevaliers du Zodiaque), elle est complètement rock’n’roll. Elle vient à l’école à moto, accrochée au cuir de son bikeur de mari. Pour se détendre, quand tu la vois, tu te dirais qu’elle lit Sartre ou qu’elle brode des napperons. Que dalle. Elle fait du karaté. Elle fume une cigarette électronique qui doit peser entre deux et trois kilos. On dirait qu’elle fume l’index de Terminator. Bon, tout n’est pas rose on plus, puisqu’elle n’a toujours pas compris comment on faisait un recto-verso sur la photocopieuse. Du coup, chaque jour, elle se plante devant, dit des mots équivalents à des gros (« crotte » et « flûte », par exemple), ce qui signifie que vite, il faut aller l’aider. Comme personne n’a envie de se prendre un coup de pied retourné, on se battrait presque pour y aller. En fait, Bizu, c’est Chuck Norris.

La Clique, elle m’agace. Elle est juste super canon. Elle est revenue de vacances avec sa traditionnelle TAILLE 34. Je te rappelle que sa fille est la presque jumelle de Paupiette (on a décidé de les marier). C’est à dire qu’elle fait la même taille de fringues que Bulle. Ni vu ni connu, paf, comme si elle avait treize ans (bon, des seins aussi, on dirait qu’elle avait treize ans). Pourtant, elle mange tout à fait normalement. Elle a un métabolisme de connasse. Bordel, elle a 34 ans et elle fait un 34. Trente-quatre partout, la balle au centre. Rien que de l’écrire, je sens que j’hyperventile (c’est-à-dire que moi, je n’ai pas 44 ans). Bon, heureusement, il y a une justice : son orthodontiste lui a collé quatre nouvelles bagues sur les incisives du bas. Pan !

Sésame, elle, continue dans sa lancée et fait la promo des graines dans la salle des maîtres.

Bref, une nouvelle année a commencé, et l’équilibre cosmique s’est rétabli : après la Golden Promo de CP que j’ai eue l’an dernier, il me semble avoir cette année hérité d’un troupeau d’enfants totalement azimutés. Cette année sera donc placée sous le signe du challenge.

Que l’esprit de la graine de courge soit avec moi.

Edit : à l’heure où je vous écris, je viens de recevoir un SMS de Sésame, qui me crie qu’elle a chopé MA gastro (je ne comprends pas très bien en quoi cette chose m’appartient) (faut qu’on arrête de se rouler des pelles). Je lui ai donc conseillé l’Imodium et ma « Gastro Crazy Drink » (1 litre d’eau + 2 tablettes de Kub or). Elle m’a donc répondu qu’elle avait tout ce qu’il lui fallait : de la soupe miso japonaise, ainsi que de l’argile contre la diarrhée. Je m’inquiète, elle ne m’a jamais dit qu’elle aimait la poterie…


Pour toutes celles et ceux qui ne sont pas abonnés à la page Facebook (nuls), je vous reposte les dernières photos des grelots. Le trio et une autre avec ma dernière trouvaille de vide-grenier <3

 

lucioletrio

Rendez-vous sur Hellocoton !

30 thoughts on “La Dream Team reprend du service

    1. Et en plus, cette fille est juste un AMOUR de nana. Depuis toujours, on se frotte les seins. Pour de vrai. Elle pense qu’il existe une infime probabilité de transfert de matière.

    1. Oh tu peux attendre encore un peu, c’est de plus en plus facile de l’avoir, ce putain de concours ! Quand je l’ai passé, en 2005 (ou 2006, je sais plus), il fallait que je sois dans les 250 premiers pour rester sur Bordeaux. On était presque 5000 inscrits, si je me souviens bien. Maintenant, c’est presque de la rigolade !

  1. cette année, j’y étais pas mais j’ai reconnu tout e monde sans exception. Je vais débouler juste pour voir les changements!!!
    Bises à toi, c’est toujours excellent.

    1. Vous ici !!!! Hahahaha ! Ouais, ramène toi ! (le fauteuil en mousse de Mister Pig, ma mascotte d’anglais, est à toi, en plus. Et ton pc est chez Job).

    1. Oh je n’en sais rien ! Au sein d’un groupe, l’attention se porte alternativement sur les personnes. Et puis je ne raconte pas tout ici, seulement des bribes (en vrai, on est encore plus cinglés). Je vais renommer Bizu « Chuck », parce que ma main à couper qu’elle va passer un peu plus d’un an avec nous.

      1. Mesdames j’appartiens au Groupe 34 et pieds 35 et je confirme je suis très fière de mes basket Dora!!!!
        Sinon je viens te tomber sur ton blog grâce à la blonde paresseuse et je marre comme une folle! bon je suis au taff du coup je dois me calmer!
        merci et bientôt

  2. J’ai bien ri , merci.et tes mômes quelle beauté , sans dèc..
    ma copine Edwige fait du 34 , tout en s’empiffrant à la moindre occasion…la salope…parfois , surtout quand j’ai encore empilé 1 kilo supplémentaire après un seul repas-copains, j’avoue , je la hais …

  3. Merci pour ce partage de rentrée, je sens qu’on va bien se marrer toute l’année grâce à ta Dream Team et ton talent pour raconter.
    Sinon, l’idée de ta Gastro Crazy Drink le matin, ça me révulse un peu, c’est vraiment plus efficace que le cola sans bulle? Je sens que les attaques en provenance de l’école ne tarderont plus, alors le comparo bouillon/coca/argile, je suis preneuse. Ou alors, je tente le cocktail direct mais avec du Smecta (j’ai pas pris option médecine douce)…

    1. Alors la Gastro Crazy Drink, ça n’est pas pour couper la chiasse, c’est pour réhydrater. Après avoir démoulé l’équivalent de la Mer Noire, j’ai senti que j’étais à deux doigts de tomber dans les pommes. Toute seule avec trois gosses, il a fallu que je trouve un moyen rapide et efficace !
      C’est TRES efficace.

  4. Chuck Norris a l’air pas mal en effet, et la Clique elle mérite des claques, oui ! (Ce jeu de mots a reçu la palme d’or au festival du calembour de Pontarlier dans la catégorie « pet de l’esprit »)
    Quant à tes enfants, je te le dis quasi tous les jours sur IG, c’est trop de la bombe !

  5. Comment que t’as fait pour faire des enfants aux si beaux yeux? Je veux t’épouser et faire des p’tits grelots avec toi.

    Contente de voir que tu baignes dans le bonheur institutoral.

  6. ha! ç’a marché! je vais enfin pouvoir venir te dire des tas de bêtises en public lors de mes tournées virtuelles (beaucoup moins fréquentes qu’avant).

    La poilu te bise les fesses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *