La Boîte à gants d’une maîtresse ZIL…

boite gants

.

L’autre jour, en rangeant ma voiture (une fois n’est point coutume),  je suis passée à deux doigts de la mort en ouvrant ma boîte à gants : j’ai failli me retrouver ensevelie sous un monticule d’objets hétéroclites. Après la grosse frayeur, j’ai regardé fixement et d’un œil curieux toutes ses petites choses accumulées dans l’endroit le plus fourre-tout de la voiture, et j’ai décidé d’en faire un article pour mieux analyser tout ça. Une genre de cyber-psychothérapie en somme…

Coin droit :


gant1

♦ solution hydro-alcoolique : THE truc tendance du moment. Pour être « in », oubliez votre sac Chanel, la mode est au gel hydro-alcoolique. Au diable tous les has been du lavage de mains traditionnel, maintenant, les bouffons des écoles sont ceux qui osent encore ouvrir le robinet. On annonce tout de même un arrêt brutal de la production de cet objet miracle, afin de mieux écouler les stocks d’un autre produit. La DGSE est à la source. Nom de code de l’opération : Rosemyne Pachelot…

déodorant : outil indispensable pour toute personne censée qui reconnaît humblement que ses aisselles fonctionnent trop souvent à profusion. La mention « protection 24h » se limitant bien souvent à 6 petites heures. Lors des jours de grosses chaleurs, ni vue ni connue, le midi, hop, un petit coup de roulette sous les bras, et adieu l’odeur de rat.

chéquier : Oui je sais, il ne devrait pas rester dans la voiture et tout et tout. Bon. Sauf qu’avant d’ouvrir cette fichue boîte à gants, je ne savais pas, moi, qu’il y avait un chéquier dans ses bas-fonds ! Alors bon, oui, ça peut être pratique, les jours où on a oublié son vrai chéquier le jour de paye de la nounou, mais en général, c’est l’objet le moins indispensable de ce coin-là.

raclette à givre : Quel bonheur, les matins de grand froid, alors que l’on est déjà très en retard, de s’apercevoir en démarrant que notre maudit pare-brise est recouvert d’une épaisse couche de glace. On sait que ça ne marchera pas, mais on essaie quand même vainement le coup d’essuie-glace. Et sckrrrrritch, c’est gelé. Dépité, on attrape alors sa petite raclette, et on gratte, on gratte, on se contorsionne pour atteindre le milieu du pare-brise, on gratte encore, on s’aperçoit qu’on est tout mouillé à cause de cette foutue glace raclée qui a fondu sur notre manteau et notre pantalon. Une fois le boulot terminé, on rentre dans la voiture, et on s’aperçoit que maintenant il va encore falloir attendre que la buée parte pour y voir quelque chose. On démarre, les mains et le nez gelés. Ça y est, on est encore très en retard…

lunettes de soleil : Là, c’est l’inverse. Ils n’avaient pas annoncé de soleil, ou bien on est au mois de février, donc on n’y a pas pensé, et pourtant, ce jour-là, impossible de conduire sans plisser les yeux difficilement. Avouons tout : on a le soleil en plein dans la gueule, et on n’avait pas prévu. Heureusement, au bout de 10 minutes de gym de visage intense (finalement, le soleil combat à sa manière les rides futures) on se souvient qu’on avait bien notre paire de lunettes de soleil quelque part au fond de la boîte à gants… Alors on essaie de conduire, les yeux à moitié fermés, une main sur le volant, l’autre fouillant à l’aveuglette la boîte magique, en évitant au mieux la file de gauche ou la bande d’arrêt d’urgence. Mais pourquoi donc  il n’a pas plu à ce moment là ?

mouchoirs : Objet sans hésitation le plus courant trouvé ici.  Sans grand intérêt mais fort pratique tout de même. Disons qu’il nous évite de renifler gracieusement notre morve pendant tout le trajet.

lampe de poche : L’idée m’est venue après quelque déboire de feux de route et d’ampoules à changer, la nuit, sans rien pour éclairer ce que l’on faisait. Elle n’a encore jamais servie. On croise les doigts…

Sifflet : Ahh, voici là le premier objet proprement lié à mon statut de ZIL (pas) épanouie ! Remplacement. On regarde l’emploi du temps. EPS. Merde, je vais encore perdre ma voix demain… Et là, hop, on se souvient du sifflet (récupéré dans une poubelle lors d’une excursion clochardesque avec Azlan). Le sifflet, c’est génial. On retombe en enfance. Discrètement, pendant l’heure de sport, et tout en donnant les consignes (on est pro, ou on ne l’est pas !), on va pouvoir se prendre au choix pour un arbitre de foot, un policier ou un chef de gare. Voire même les trois, à tour de rôle…

allumettes : Aujourd’hui, c’est le goûter d’anniversaire du petit Dylan et de la petite Kimberley, et, drame du jour, personne n’a de quoi allumer les bougies (et leur dire qu’ils ont un prénom de merde, à vie). Et là, tada, vous sortez votre briquet ou votre boîte d’allumettes, si le premier est tombé au fond du sac. Magique. Maintenant, ils vont pouvoir les souffler en crachant en même temps sur le gâteau au chocolat de maman. « Maîkreeeeesse, tu en prends de mon gâteau, hein ? ». « Euh, non merci les enfants, Maîtresse n’a plus très faim. Mais fais donc le tour des classes pour en proposer aux autres maîtresses ! »  Niark niark niark…

crème solaire : C’est l’été, il fait chaud, on va conduire pendant au moins une heure, vitre ouverte et bras (gauche!) dehors. La plage, le soleil, super. Mais vous avez déjà vu des conducteurs avec le bras droit à la vanille, et le gauche à la fraise ? Moi, oui. Et ben c’est très drôle, mais que chez les autres. Sans compter qu’avec les enfants dans la voiture, un petit tartinage de crème sur la figure avant l’exposition, et on évitera les rougeurs du soir.

carte Mc Do : Celle-là, elle me fait mal rien que quand je la vois… Mon régime en prend un coup sévère, et mes hanches me maudissent. En plus, comble de tout, c’est une carte de FIDELITE ! Voici donc comment je ruine deux fois par mois, deux semaines de dur labeur de régime. Et oui, on ne peut pas être une mère parfaite sur tous les points : badigeonner ses enfants de crème solaire écran total, faire des petits pots bio maison, et en plus interdire à la grande de manger un Happy Meal de temps en temps… Mmmm, il paraît que cette semaine il y a un nouveau hamburger… Mais chut, le dieu Weight Watchers pourrait m’entendre…

CD : Un autre grand classique. Ici, on retrouve Muse, Placebo, Superbus,  Olivia Ruiz, un CD gravé avec plein de chansons (je sais, bouh), et Pascale Picard (à qui je fais définitivement la tronche à cause des concerts annulés au dernier moment, dont LE MIEN !). On tue le temps comme on peut en voiture. Et surtout, on chante (pardon : on hurle) nos chansons préférées dans les embouteillages, pour le plus grand plaisir des autres conducteurs, qui vous regardent, hilares. Pour information : avec la ceinture de sécurité, les chorégraphies restent assez limitées.

Côté gauche :

.

gant2

Stylos : Grand classique là encore. Remarquez tout de même que l’on voit en priorité un stylo rouge, classique de la fonction, avec un code barre dessus, ce qui signifie que je l’ai probablement piqué dans une école de passage. Mon seul soucis reste que mes stylos sont donc dans ma boîte à gants, et non dans mon sac à mains !

Ciseaux : Ma mère, dont le contenu du sac à mains se situe entre celui de ma boîte à gants et celui de Mary Poppins,  m’a appris une chose fondamentale : il faut TOUJOURS avoir une paire de ciseaux avec soi. On ne sait jamais, des fois qu’on se retrouve ligoté dans la voiture, ou encore qu’un fil dépasse de nos vêtements, que Bulle se soit mis un chewing-gum dans les cheveux (pas de glaçon, ici, on emploie les grands moyens), que l’on doive faire un brin de couture ou encore qu’il faille désamorcer une bombe posée par Ben Laden lui-même… Oui, on n’a toujours besoin d’une paire de ciseaux.

crème apaisante : Pour les piqûres. Là aussi, on ne sait jamais, Bulle, Coin-coin, Arsène ou moi-même pouvons nous faire attaquer à tout moment et sans prévenir par un gros moustique, une abeille, une guêpe, une fourmi, un poulpe jaune, un hérisson à poil, un castor obèse, une tarentule à 12 pattes, une vipère, un loup ou encore une girafe des bois. On n’est jamais trop prudent.

chewing-gums sans sucre : Qui n’a pas été traumatisé dans sa scolarité par un ou une prof qui puait abondamment de la gueule ? Voire en plus qui postillonnait tel un lama en rut ? Alors, on devait opter pour plusieurs solutions : se retenir de respirer en priant pour que le prof ne reste pas trop longtemps devant nous, dire « oui oui » à toutes les explications, même si on n’a rien compris, pour qu’il se casse, vite, respirer avec la bouche,  ou encore implorer Allah, Bouddha et tous les saints pour qu’il se taise, tout simplement. Je n’ai rien du lama, dieu merci. En revanche, il peut m’arriver, comme à tout le monde, d’avoir l’impression d’avoir un putois crevé derrière une molaire. Dans le doute, un petit chewing-gum, et le tour est joué. Notez que pour faire peser la balance du bon côté de mon régime et me donner bonne conscience, ces derniers sont sans sucre. Alleluia pour l’édulcorant.

compote de pommes allégée : Et on continue dans la série « Je tente de surveiller mon poids du mieux que je peux ». Ici, on tente de parer à un petit creux éventuel dans un endroit sans boulangerie de secours. Ne riez pas, dans les contrées lointaines où je travaille, il existe des lieux encore plus reculés où même les mouches se sentent seules. Le problème, c’est que si j’ai vraiment faim, une compote sans sucre réussira surtout à me donner ENCORE PLUS faim !

chewing-gums magiques : Ahhh, l’ingrédient mystère de ma boîte à gants bondée… Mais pourquoi magiques me direz-vous ? Car il s’agit bel et bien de vrais chewing-gums. Azlan et Darling nous en ont ramené, à Cak et à moi, de Paris. Observez bien l’étiquette de la boîte, sur laquelle il est écrit « Don’t have ugly children ». Ce sont donc des chewing-gums magiques pour ne pas avoir d’enfants moches ! En toute objectivité de mère, j’ai conçu mes enfants sans connaître ces chewing-gums magiques-là, et ils sont superbes tout de même. Mais bon, histoire de voir, Cak et moi les avons goûtés. Elle, qui avait eu la boîte « comment avoir un orgasme » (merci Azlan et Darling) m’avait dit d’en prendre au moins deux, car leur goût n’était pas très prononcé (ou alors elle voulait décupler le pouvoir des siens, mais ça, on ne le saura jamais). On en a donc pris deux…. et on s’est fait atomiser par un goût atroce qui nous a littéralement brûlé et anesthésié (véridique !) la bouche pendant plus d’un quart d’heure. Notez bien donc : pour avoir de beaux enfants, il faut manger de la bouse, du piment et des orties.

carte de La Teste : Reste de nos vacances dans la maison de Mamcak. Elle traîne encore enfermée là, comme pour garder encore un peu les bons souvenirs de l’été…

étiquettes : Bon alors là, je n’ai aucune idée de ce que ça peut bien faire ici. Des étiquettes… Je n’étiquette pas de livres tous les jours… Mystère et boule de gum…

Pilule Alli : Dernier opus de la série Weight Watchers. La pilule magique qui absorbe un quart de la graisse que vous ingurgitez dans un repas. Idéale pour les apéros imprévus, les bouffes entre collègues, où les anniversaires avec gateaux et bonbons à profusion. On culpabiliserait moins… si, pour  le coup, on n’en profitait pas pour manger un quart de part de plus !

Rasoirs : Ca, c’est ma grande découverte de cette année de ZIL ! Remplacement. Emploi du temps. Piscine. Triple merde ! On hésite entre prétexter la période de règles (glamour, quand tu nous tiens) et se baigner en pantalon, quand on sait que l’on tient ce jour-là du chimpanzé, voire du yéti. De bons rasoirs, ça permet en deux temps trois mouvements d’enlever le plus gros l’air de rien, sans se couper, et à sec. C’est Mac Gyver qui va être jaloux…

Lingette : Passe-partout. Une lingette offerte… par Mc Do… Pour essuyer ses mains graisseuses et pleines de ketch’up/mayo/moutarde. Là c’est surtout pour essuyer ce qui pourrait arriver si les mouchoirs en papier ne pourraient pas faire correctement leur boulot. Une lingette, ça nettoie presque tout,  et même les moustaches des enfants qui collent après un gros goûter ou une barbe à papa.

Doliprane : Ma courte expérience de maîtresse m’a appris que  quand on est instit, on se doit de savoir trois choses fondamentales qui feront à coup sûr la réussite de notre carrière : 1) Où est la photocopieuse . 2) Où est la machine à café.  3) Où trouver rapidement du paracétamol. A bon entendeur…

Et les papiers de voiture me direz-vous ? La fameuse caisse du remplaçant qui fait rêver les fans de mandalas et de coloriages magiques ? Bonheur de la technologie nouvelle, ma voiture dispose d’un tiroir sous le siège passager pour y ranger tout ce tas de choses moins drôles que sont les papiers de la voiture. Quant à ma caisse de remplaçante, elle est dans le coffre, bien au chaud, et elle ne contient ni mandalas, ni coloriages magiques… A noter également que ma boîte bien remplie dispose aussi d’un objet que l’on ne voit pas sur la photo : un Tampax !

Mais à la réflexion, une chose des plus étranges me vient à l’esprit en relisant cet article… Dans ma « boîte à gants », une seule chose n’y figure pas : des…  GANTS !

Et vous, qu’y a-t-il dans votre boîte à gants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “La Boîte à gants d’une maîtresse ZIL…

  1. une raclette à givre, plein de cd en vrac, jamais dans la bonne pochette, des écouteurs de mp3, un briquet, une pochette anti-rayon pour le télépéage, une carte de france, les papiers de la voiture, des mouchoirs, des rasoirs, et certainement plein d’autres choses dont j’ignore l’existence…

  2. eh bien dans la boite a gants de mon ancienne voiture (ma 106 adorée!!) il y avait environ 35 PV de stationnement non payés, issus de deux ans d’etudes à Montpellier!!! qui peut faire mieux??!! hahaha

  3. Bon moi j’ai pas de boite a gants et tant mieux comme ça je peux parler à loisir d’autres choses comme par exemple euhhhhhhhhhhhhhhhhhhh de caca.Hier je me suis retourné sur le trone et là oh surprise de joli pépite jaune doré dans une gangue toute verte magnifique je vous conseille d’essayer un peti mélange épinard maïs,c’est ravissant!

  4. J’adore.

    Ben moi dans ma boite à gants il y a des K7 audio (oui je sais ça date), une carte de Bordeaux (et oui qui connait toutes les rues de Bordeaux), une crème solaire datant de 2001 (en faite je l’avais acheté pour aller à la plage pendant mes « révisions » du bac), des stylos agés genre de 7/8ans (avec la chaleur de l’été ils sont courbés maintenant) et… c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *