Et maintenant, la batavia

rue des vagues

Bon bon bon.

Pas la peine de s’exciter le bulbe, je sais, j’avais promis des choses, mais j’avais surtout promis du vent. A ma décharge, pendant ces petites vacances de deux mois, je suis HYPER occupée. A fabriquer un bébé. Que ceux qui croient qu’il suffit simplement de respirer se fourrent le majeur dans l’oeil jusqu’au cervelet : fabriquer un bébé occupe chaque journée pleinement. D’autant que je m’applique vachement, je voudrais pas démouler un thon.

Et sinon, je sais pas si tu as essayé genre de remplir ta déclaration de revenus avec deux gosses qui retournent l’appart derrière toi. Le pire étant qu’aucun des deux ne passe plus d’une dizaine de secondes sans en placer une. C’est épuisant, ces enfants qui ne font que parler tout le temps. J’en viens à me toucher en repensant à ces doux moments où ils savaient encore apprécier la sieste. Bref, impossible de me concentrer plus de deux secondes pour écrire quelque chose (on ne peut pas être Marguerite Yourcenar tous les jours) (non).

Bon alors je pourrai te raconter mes vacances, sauf que tu t’en fous royal. D’autant plus qu’elles ne sont pas finies. La bonne nouvelle, c’est que je réfléchis la nuit. Ben oui, c’est le seul moment où les grelots se taisent enfin. Du coup, j’ai décidé de rajouter une nouvelle rubrique « La première fois que… ». Car figure toi que je suis une jeune pucelle de plein de choses, comme par exemple aller dans un magasin de tissu (wtf ?) ou encore montrer ses seins pour soudoyer un garagiste. Mais comme je n’ai jamais aimé rester vierge longtemps (je suis Cancer) je m’amuse follement à me dépuceler de ces premières fois. Alors je te raconterai.

L’autre truc aussi, c’est qu’à défaut d’écrire, j’ai pas mal lu cet été. Pas des livres, faut pas déconner non plus. Non, j’ai découvert plein de blogs sympatoches. La France est bourrée de filles avec des talents de gueudin, si tu veux savoir. De quoi faire complexer n’importe qui.

Je t’aurais bien fait un article sur mon premier trimestre de grossesse, mais en fait, tout le monde fait ça. Alors niveau originalité, j’aurais pu repasser. Et puis tout ce miel agrémenté de vomi et de cellulite, c’est super chiant à raconter. Je peux juste te confirmer que sans surprise, comme pour les deux premiers gnomes, j’enfle comme un cachalot en pleine rétention d’eau. Et pas que du ventre, si tu vois ce que je veux dire. Enfin bon, je te raconterai ça aussi, ça vaut son pesant de boulgour.

En fait, si, j’ai plein de trucs à raconter. C’est tellement foufou de se dire ça, tu trouves pas ?

Quoi d’autre… Si ma voiture ne me fait pas le coup de la panne, je pars demain pour une dernière tranche de vacances du côté de Biarritz (ouais, tu t’en fous, je sais). Je suis invitée par ma potesse Margaux Motin et je sais pas trop quoi lui amener pour la remercier (je suis une fille polie, moi, merde). J’avais pensé à une BD des Schtroumpfs, mais je suis pas sûre…

Allez, peut-être à ce soir pour un petit billet de derrière les fagots (lâche ton vibro, j’ai dit peut-être, le soir, je suis hyper occupée : j’ai nausées) (oui, encore) (ta gueule).

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “Et maintenant, la batavia

    1. Ouais ça c’est pour de faux. Mais je suis la potesse d’une nana qui dessine trop bien et qui est à Biarritz aussi. Alors bon, ça aurait presque pu le faire, donc ne chipotons pas pour quelques détails, veux-tu.

  1. Wouahou trop bien le coup de la dessinatrice biarrote !
    À Biarrtitz il faut manger sur une petite terrasse , dans le petit port, tout en bas, au pied du rocher de la vierge ….
    Ah, j’ai un mot de d’homme kinder en direct live :
    À la question  » comment s’appelait le resto dans le petit port de Biarrtitz  » chéri répond sûre de lui :
     » le port de SaintJean de Luz  » ….

  2. Nouvelle venante ici…
    Je savoure chaque nouveau post..(et glousse, oui, glousse)
    Je suis preneuse de l’histoire de soudoyage de garagiste, de magasin de tissus, des liens sympatoches….
    Ben oui, j’débarque, pof, j’prends tout..
    Oui, la circonférence nichonnière éventuellement aussi…
    Les nausées, euhh les nausées, faut que j’en laisse pour les autres aussi, non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *