Chick lit et chocolat

Petit post, en passant, comme ça, l’air de rien… (Comme si j’avais rien de mieux à foutre ce soir que de poster un mini-article, qui plus est, aussi intéressant que l’essor du cassoulet végétarien en République démocratique du Congo… bref)

On m’a demandé, il y a quelques temps, suite à l’article sur « La cellulite c’est comme la mafia, ça n’existe pas« , d’où venait mon intérêt estival pour la littérature de merde (ou chick lit, pour les fashion tendance que vous êtes…). Mis à part évoquer le sable chaud, la mer, la légèreté de l’esprit, et toutes ces foutaises version Blond’attitude, impossible de trouver de quoi décrire cet intérêt peu avouable…

Jusqu’à ce que je lise Caroline, qui, sur son blog, a tout résumé en une phrase magique :

 » Que les choses soient claires, c’est nullissime, le style est aussi personnel et recherché que celui du catalogue La Redoute mais ça marche.  La chick lit est à la littérature ce que les Kinder sont au chocolat. Le truc c’est que je kiffe à mort les Kinder. « 

Voilà, tout est dit. Je peux me coucher en paix.

Rendez-vous sur Hellocoton !

One thought on “Chick lit et chocolat

  1. C’est ça couche toi en paix après avoir écrit des bêtises pareil et surtout n’oublie pas ton suppositoire
    histoire de faire de bon pets bien gras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *