La Dream Team, le reflux et le gluten

tisane

J’ai connu, pendant des années bien trop longues, le blues du dimanche soir et la déprime des matins, quand on traîne des pieds pour aller bosser, voire quand on a une boule dans le bide à vous couper la chique tout net. Ces années où on sait qu’on a choisi la bonne voie, mais où le mouvement les éléments se liguent contre vous, et où on a juste l’impression d’être ni à la bonne place, ni au bon moment. Parfois même, l’éventualité de coucher avec un patron un peu crade pour obtenir un poste sympatoche devient limite enviable. J’ai dit limite.

C’est la merde des débuts, celle qui fouette grave et qui colle au derche bien comme il faut.

Et puis un jour, à la faveur d’une schkoumoune moins grasse, on obtient enfin le poste tant rêvé. Si, je t’assure, ça arrive. J’ai trouvé mon Graal il y a quelques années, retrouvant ainsi une bande de joyeux lurons que je connaissais déjà. Ma bande, c’est la Dream Team, rien que ça. Je t’en ai parlé et (<– oui, il faut cliquer).

Mais cette année, il y a eu quelques menus changements.

Pour commencer, et pour te mettre dans l’ambiance, nous avons une nouvelle EVS, c’est-à-dire une secrétaire de direction. Pour la prose, nous l’appellerons Uranium, parce que c’est une bombe, et qu’elle déménage. Uranium, elle fait hyper sérieuse. Couette haute bien tirée, maquillage au millimètre, chaussures qui brillent et chemise repassée, elle a la grave la classe. Tous les matins, quand elle se pointe, t’as l’impression qu’une inspectrice vient te rendre une petite visite. A côté de mes Stan Smith dégueulasses et du seau à compost d’Alcaline qui trône environ 80% du temps dans l’entrée de l’école, autant te dire qu’elle en jette. Figure toi qu’avec Uranium, on a encore tiré le gros lot. Pour te donner un exemple, chaque année, elle fait un poisson d’avril à la maîtresse du moment de son fils (déjà). Cette année, avec son mari, ils avaient prévu ni plus ni moins de proposer un plan à trois à l’instit coincée du gamin, en pleine réunion. Ça te donne une idée du potentiel de la dame. On ne sait pas si elle sera là ou pas l’an prochain, mais je me dis que si elle reste, il y en aura sous la semelle.

Alcaline, elle, quand elle ne laisse pas traîner ses épluchures en putréfaction dans l’entrée, est redevenue notre maîtresse surnuméraire à mi-temps. Il faut savoir qu’Alcaline, elle a le chic pour te coller dans l’ambiance directement. Genre dès le jour de la pré-rentrée, où elle nous a fait appeler le SAMU parce qu’elle avait mangé une figue. Une putain de figue. Alcaline, elle te déclenche des allergies incroyables au moment où tu t’y attends le moins. Là, elle croque, et bim, elle nous prévient qu’elle ne se sent pas bien, qu’elle a des symptômes qui ne trompent pas, et qu’elle a déjà la lèvre inférieure qui s’engourdit bien comme il faut. Il aurait fallu que tu nous voies, la Clique et moi, plantées devant Alcaline qui causait par téléphone au toubib du SAMU. Surtout quand le type lui a demandé de décrire ses symptômes, et qu’elle a précisé que non seulement elle avait la lèvre et les oreilles qui gonflaient, mais aussi (et surtout) qu’elle était à deux doigts de s’arracher le tanga tellement son frifri la démangeait. Il est probable qu’au moment où Alcaline était susceptible de nous faire un œdème de Quincke d’une seconde à l’autre, la Clique et moi ayons eu un des plus gros fous rires de nos vies.
Là, tu te dis qu’elle a déjà bien planté le décor et que ça pourrait s’arrêter là. C’est bien peu la connaître. Cette année, Alcaline a commencé la pole dance. Enfin, plus exactement, la barre au sol. Tu imagines, les petits rats de l’opéra qui font des trucs de jambes agrippés à une barre ? Et ben, c’est pareil, mais couché par terre. Je te jure. La première fois, j’ai cru qu’elle se foutait de ma gueule. Enfin, jusqu’à ce qu’elle nous fasse une démonstration sur la table de la salle des maîtres (manifestement, il n’y avait pas assez de place par terre). J’ai prié tellement fort pour que l’inspecteur arrive à ce moment là, si tu savais.
Ce qui est chouette, avec cette histoire de maîtresse surnuméraire, c’est qu’au lieu de passer ses journées dans la classe à côté de la mienne, là, elle est carrément DANS ma classe, avec moi. Et on se marre comme des baleines, parce que les CP, quand même, ça peut être sacrément concons parfois.

La Clique énerve donc toujours à peu près tout le monde tellement elle rentre encore dans son 34. Je pense que l’intégralité de l’équipe est amoureuse d’elle (mais surtout Job, quand même). La Clique, elle ne marche pas, elle court. Et je peux t’assurer que ce n’est pas au figuré. Elle court vraiment, d’un point A à un point B. Et avec des talons. Même quand elle n’est pas sobre (ce qui est finalement assez fréquent pour être mentionné).
Cette année, en moins de 24 heures, La Clique a successivement mis son appart en vente sur le bon coin, vendu son appart deux heures plus tard (deux vraies heures) puis acheté une super baraque. Enfin, elle a acheté une semi-ruine, mais ne chipotons pas (et puis maintenant, on peut vanner, elle emménage bientôt). La Clique, elle ne sait pas dire non. Elle dit oui à absolument tout. Aux projets hyper chiadés (de Chuck) et aussi ceux un peu foireux (les miens), aux élèves avec lesquels on rame et globalement à tous les trucs plus ou moins abracadabrantesques qui lui passent sous le nez. Elle est comme ça, elle est toute petite, mais c’est une grande nana. C’est aussi, et je pèse sincèrement mes mots, la fille la plus drôle que je connaisse. On se marre, t’imagine pas. C’est la reine du jeu de mot sur prénom. L’aire de son cerveau associée à la connerie est en ébullition à peu près tout le temps, c’est incroyable. Je l’aime d’amour. Un jour, je voudrais qu’elle écrive un roman sur sa vie. Elle le sait, je lui ai dit. Elle est de celles qui ont eu une vie complètement folle. La Clique, c’est la preuve vivante qui rend au centuple à l’école ce qu’elle lui a offert. La Clique, si elle était ministre, c’est toute l’Europe du Nord qui viendrait nous lécher l’oignon.

Job, notre presque unique garçon de la troupe, a donc encore souvent envie de se défenestrer à force de se cogner des dégénérées comme nous. Tu collerais un moine bouddhiste dans une émission de téléréalité que ça ferait la même chose. On piaille, on rit plus fort que tout, on couine, on crie, on saute sur place, on se saute dessus… Et au milieu de tout ce merdier, il y a Job.
Mais Job, depuis quelques temps, quand il est au milieu de notre joyeux bordel, il ne dit rien, mais il sourit en coin. On le voit bien, qu’il nous aime quand même, mais on fait semblant de ne pas le voir, pour qu’il pense toujours qu’on croit qu’il est sérieux et distant.
Job, aussi, il fait des courses. Mais attention, pas le running à la mode des tapettes de blog, non. Des trails de plus de cent bornes dans la montagne. Ce type a des burnes plus grosses que la pleine lune. Cet automne, il est carrément parti faire une des courses les plus difficiles du monde, à La Réunion. La diagonale des fous, que ça s’appelle. Cent soixante kilomètres. En courant, donc. Déjà, en bagnole, ça me fatigue, alors je te laisse imaginer en courant. C’était le cadeau de ses cinquante balais. Le mec, il pouvait s’acheter une moto, l’intégrale d’Elvis ou un Scrabble collector, mais non, il se paie quarante-deux heures de course. S’il faut pas être con. Enfin, la vérité, c’est que quand il court, il met des collants. Et ça, je peux te dire que ça fait sacrément fantasmer du monde.

Chuck est toujours incroyablement incroyable. C’est la nana qui t’agace tellement elle est pro. C’est la première de la classe, belle et punk, tellement cool que t’as juste envie de lui coller des baignes. Il n’y a pas une seule matière où elle n’excelle pas, et tout l’intéresse. Absolument tout. Du coup, on cherche ses défauts. Un jour, je suis entrée dans sa classe pendant qu’elle était avec ses élèves. Une histoire de papier à faire tourner. Je me suis dit que j’allais voir ne serait-ce que des détails qui me conforteraient dans l’idée que cette personne a été envoyée sur Terre par des aliens pédagogues pour changer la face du monde, mais non. Pour un problème, sur le tableau noir de la classe, elle avait tracé un tableau à double entrée à la règle. A LA RÈGLE. Avec toutes les colonnes et les lignes homogènes. J’ai failli chialer tellement c’était beau. On se rassure toutes en se disant qu’elle a presque l’âge d’être ma mère, ce qui nous laisse encore un peu de temps pour progresser.
Sinon, elle ne vapote plus de pot d’échappement tunné, et comme elle continue le karaté (et qu’elle est aussi balaise en coup de pied sauté qu’en numération), on évite toujours de trop lui chercher des noises. Et pour ajouter un peu à son côté punk, Chuck a récemment fait un stage de fauconnerie. De fauconnerie, les gars. Ouais ouais. Avec des buses, des aigles et tout le bouzin de ces saletés de piafs plus gros qu’elle. Elle est dingue.

Sésame, elle, après avoir monté une yourte pour une de ses copines (elle a des fréquentations étranges) becte toujours des graines. Aux dernières nouvelles, elle ne s’est pas encore transformée en poule. Mais c’est normal. C’est parce que depuis qu’elle voit régulièrement sa naturopathe, elle a arrêté le gluten et le micro-ondes (non, cette phrase n’est pas un kamoulox). Les protéines de lait de vache aussi, mais apparemment, le Saint Marcellin serait une exception. Je ne sais plus trop bien si elle fait toujours des cacas qui sentent bon, par contre. En ce moment, on est davantage concentré sur sa nouvelle cup. Mais pas de cheveux, hein. Sa cup menstruelle. Il fallait la voir me vanter les mérites du merdier, en termes détournés mais avec mimes inside, puisqu’elle me racontait ça devant des élèves à qui elle faisait l’aide aux devoirs.
Sésame, elle a aussi lancé la grande mode de cette année dans la Dream Team : le RGO, c’est à dire le reflux gastro-œsophagien. Ce truc semble tellement tendance cette année que j’ai limite les boules de ne pas avoir de symptômes (même si Sésame m’a clairement prédit un avenir intestinal des plus funestes) (elle est medium digestif, entre deux cuillères d’huile de coco bio). Dans son sillage, elle a envoyé La Chef et Alcaline chez sa phoniatre pour une petite fibroscopie finalement très positive pour les deux. Je soupçonne cette phoniatre d’exercer des pressions sectaires sur Sésame, voire un chantage sexuel, puisqu’il est probable que Sésame lui ait envoyé la moitié de ses patients. Ou alors, elles couchent vraiment ensemble et je suis très naïve (hypothèse hautement probable). Dix mois que j’entends parler de fibroscopie entre le croissant et le café. Vivement que des problèmes de transit nous amène tous à relancer l’utilisation massive des coloscopes, qu’on se marre encore un coup. Toujours est-il que je connais désormais la liste quasi exhaustive des aliments acides, de ceux avec gluten, des tisanes au fenouil ou au thym du jardin, avec oméga-ta-mère et oligo-chose, ainsi que ceux qui sont yin et yang. C’est intellectuellement épuisant et toutes ses histoires de bouffe me donnent clairement envie de boulotter des Snickers, ce qui je crois, n’est pas tout à fait le signe d’une santé mentale harmonieuse. La salle des maîtres s’est donc petit à petit transformée en annexe de maison de retraite. Ça sent le pisse-mémé à dix bornes, siroté sous un plaid et sur les coussins du canapé. Les gars, mes Snickers et moi, on se sent seuls.

Et puis, cette année, on a eu deux petits nouveaux : les Bleus, des bébés maître et maîtresse, un mâle et une femelle. Comme des perruches, quoi. Des stagiaires qui ont hérité de l’ancien poste d’Alcaline. Autant te le dire tout de suite, ces deux là n’ont rien à voir avec les deux stagiaires boulets que je me suis coltinée l’an dernier. La Bleue est arrivée très enceinte et a repris récemment. Elle court partout et on la voit peu. Mais Le Bleu a fait l’année toute entière avec nous. Il voulait que je dise ici qu’il est super canon, alors comme c’est vrai, je suis obligée de l’écrire (par contre, je ne sais pas trop bien si je dois écrire qu’il m’a tripoté les seins à la photocopieuse ou pas). Le Bleu, il est toujours content de venir. Il saute partout et il sourit tout le temps, on dirait un gosse au milieu des gosses tellement il kiffe. En plus, avec leur formation, ils ont plein d’idées super chouettes qu’on tente de leur extorquer régulièrement. Le Bleu, c’est un peu le bébé de Job, parce que lui aussi, il fait des courses pour gens pas tout à fait nets (et il met aussi des collants) (j’ai chaud) (enfin je crois). Le pauvre se retrouve souvent coincé entre mes insinuations graveleuses et les blagues salaces de La Clique. Alors on sait qu’il a envie de mourir sous la table, mais il met les mains devant ses yeux, et puis il rit comme un cachalot. Il sait que bientôt, il sera bazardé sur un poste loin et pas cool, et que notre école est sacrément chouette, donc il profite à fond. Et ça fait plaisir, t’imagine pas.

La Chef a arrêté de fumer la moitié de la Colombie et, quand elle a eu fini de chouiner sur les tomates et les Magnum double qu’elle ne pourrait plus boulotter devant la télé (rgo reprezent), a décidé cette année de mettre de l’ordre dans sa vie. Au sens propre comme au figuré. Elle a commencé par acheter, malgré mes protestations intensives, le livre diabolique de Marie Kondo, la gogole japonaise qui t’explique comment être heureuse en rangeant tes livres par couleurs et ton mari dans des grands sacs poubelle noirs (à peu près). Elle a bazardé la moitié de sa maison (mais pas son mari), faisant ainsi de la place pour un vélo d’intérieur probablement très inesthétique mais apparemment fondamental, ainsi qu’à sa collection grandissante de mugs Disney. Moi, je lui dis toujours oui oui, avec les sourcils levés, parce qu’elle est un peu givrée, quand même. Je veux dire, elle a un pistolet Buzz l’éclair dans le tiroir de son bureau de directrice. Un jour, on y retrouvera un flacon de gnôle que ça ne nous étonnera pas. La Chef, qui était donc ma seule alliée dans la débauche calorifère (Chuck se nourrit exclusivement de salade verte et de maïs, et La Clique n’aime pas le sucré), m’a lamentablement abandonnée, pour faire tremper de fucking sachets de tisane qui schlingue dans des litres de flotte. La traitresse.
Forte de plonger lentement mais sûrement dans le courant bio-bobo-écolo initié par Sésame (rendons à César), La Chef découvre la réalité de l’écologie et s’insurge donc contre Monsanto, à grands renforts de mails de propagande pro-vinaigre blanc et bicarbonate de soude. J’attends donc, avec une impatience à peine dissimulée, qu’elle se mette elle aussi aux toilettes sèches et à la cup menstruelle.

Voilà donc les dernières nouvelles de mon équipe de chic et de choc. J’oublie des choses, volontairement et involontairement. Les équipes bougent peu, et les nouveaux pleurent toujours lorsque l’année se termine. Il y a des hauts et des bas, mais jamais de clans, et je crois que c’est ça qui fait que ça colle. Même si on a, à certains moments, davantage d’affinités avec l’un ou l’une, tout ce petit monde vit au sein d’une micro-société ma foi bien réglée. On s’écoute, on bosse bien, on s’engueule, on se soutient, avec nos bras et nos regards, aussi. Chaque matin, quand j’arrive et que j’allume les lumières de la salle des maîtres, la photocopieuse et la machine à café, je souris bêtement, parce que je sais la chance que j’ai de faire partie de tout ça. Il n’y aura jamais assez de billets de blog ni de mots pour dire combien j’aime cette alchimie qui se créée chaque année en ces lieux qui ne m’appartiennent pas, mais que j’ai fait miens. Combien j’aime chacun d’entre eux à leur manière, et combien, même si ce ne sera pas certainement pas toujours rose, je voudrais que toute cette bonne humeur dure sinon toute la vie au-moins bien longtemps, comme un souffle chaud qui ne s’arrêterait plus.

Dorénavant, je sais non seulement que j’ai choisi la bonne voie, mais aussi que je suis à la bonne place et au bon moment. Et ça, les gars, ça n’a pas de prix.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nullipare temporaire

distributeursbonbons

Il y a de rares dates qui te collent une excitation particulièrement intense et régressive. Comme celle où tes gosses, les trois, partent en vacances quelques jours, sans toi. Et, bonne nouvelle supplémentaire, les deux premiers jours, ils partent aussi avec leur père.

Liesse.

Le droit chemin d’une vie saine aurait pu se profiler, si je n’avais pas, au hasard d’une petite course à faire, croisé la route d’une fromagère au physique disgracieux mais à l’étalage attrayant. C’est que je suis bien faible devant quelques ferments odorants. Après quelques calculs rapides, j’en ai conclu que pour une seule personne et pendant deux jours complets, il m’en faudrait environ sept cents grammes, fourchette que j’estimais plutôt basse. C’est qu’il faut rester raisonnable. Et pour accompagner tout ça, il me fallait bien quelque pâté bien gras, des gâteaux pour le dessert et du rouge bien gouleyant pour faire descendre tout ce merdier bien comme il faut.

Ah, et une laitue.

Le premier matin, il me parut soudain vital de faire le ménage dans tout l’appartement. L’espace d’un instant, je me suis demandée si cette envie première était terriblement pathétique. Mais devant mon érection manifeste à imaginer mon intérieur rangé et propre pendant plus de trente minutes, j’ai estimé que c’était légitime.

Ensuite, mon quotidien fut donc rythmé par des choses complètement dingues. Comme par exemple m’épiler une nouvelle fois le frifri à la pince à épiler (je vois le Dr M&M’s jeudi, je veux lui présenter Claudine sous son meilleur angle), me concentrer sur ce que je faisais dans les toilettes, sans devoir converser en même temps sur le probable emplacement du chargeur de la console de jeux, du vernis à ongles rose mais pas trop, ou de la tétine dégueulasse ; ou encore prendre des douches de plus de quatre minutes.

J’ai également bu environ quatorze litres de thé par jour, le tout en alternant sieste et lecture, activités journalières complètement saugrenues quelques heures auparavant. Néanmoins, il aurait été trop facile de lire les livres les uns après les autres. Ainsi, j’en ai commencé trois, en même temps. Plus ou moins volontairement, d’ailleurs. J’avais commencé, il y a quelques mois, « Les dieux voyagent toujours incognito » de L. Gounelle. L’ennui, c’est que la couverture est moche. Oui, je sais, c’est lamentable et particulièrement puéril, mais je suis une fille à couvertures. Si elle ne me plait pas, impossible pour moi de me fondre dans la lecture, puisque j’associe involontairement le livre avec une couleur improbable (un jour, je te parlerai du fonctionnement particulier de mon cerveau qui, depuis toujours, assimile les personnes, lieux, objets ou évènements à une couleur qui leur est propre. Ma tête est donc un arc-en-ciel permanent où les couleurs se mêlent constamment) (tout ceci était incroyablement amusant, jusqu’à ce que je découvre une seule autre personne fonctionnant à peu près comme ça : un autiste Asperger). Bref, cette foutue couverture est moche, du coup je n’arrive pas à avancer (clairement, personne n’a envie de lire un livre vert d’eau) (à part une blogueuse déco, éventuellement). Alors, j’ai pris le fameux « Les poissons ne ferment pas les yeux » de Erri de Luca, qui sommeillait dans ma bibliothèque depuis des mois. C’était mon édition préférée, il y avait des poissons rouges sur la couverture, j’ai lu quelques pages, c’était chouette. Et puis, au moment de partir en vacances, la semaine dernière, j’ai fourré rapidement dans mon sac un livre avec des poissons rouges sur le dessus. Sauf que je n’ai pas pris le bon, j’ai pris « Le liseur du 6h27 ». Faut quand même être sacrément con pour éditer deux bouquins avec des couvertures qui se ressemblent autant. L’ennui, c’est que j’en suis à la moitié, mais qu’il me plait moyen. Du coup, pleine de culpabilité, j’avance aléatoirement sur deux bouquins, me gardant celui d’Erri De Luca pour la fin. Ah oui, je fais de la boulimie littéraire. Je t’expliquerai ça aussi, un autre jour.

Bon, sinon, à part lire et dormir, je mange tout un tas de trucs que personne ne me taxe, et donc que je ne suis pas obligée de planquer avec culpabilité au fond des placards, dans le panier vapeur en bambou qui ne sert jamais. Je me suis achetée des gaufres liégeoises, très industrielles et dont je suis tellement déçue que j’ai en projet d’en faire des vraies, et puis surtout, des navettes de Provence. Vois-tu, je perds tout sens de la réalité lorsqu’il s’agit de fleur d’oranger. Comme je suis très influençable, j’ai vidé le sachet dans un pot en verre terriblement scandintage, et je boulotte ça à longueur de journée, en alternance avec le Saint Nectaire et le crottin de Chavignol, me disant que quand même, à défaut d’être healthy, tout ceci pourrait être hautement instagrammable.

Parfois aussi, j’arrête tout et j’écoute le silence, comme ces filles un peu étranges qui font de la pleine conscience très à la mode. Je viens notamment de redécouvrir que mon appartement était quand même royalement situé, puisque chaque matin, je n’entendais aucune voiture mais le piaillement de toute une volière de passage dans les arbres du jardin, juste devant nos fenêtres. Du bucolique en pleine ville, je te vends du rêve.

L’Homme, quant à lui, est donc revenu hier, anéantissant ainsi mon célibat fictif et tellement jouissif (j’étais à ça de m’ouvrir un compte Tinder) (ceux qui sont maqués depuis avant 2003 ne peuvent comprendre la frustration de ne jamais avoir écumé les sites de rencontres à la recherche d’un plan cul susceptible d’être épousé ultérieurement). Et puis, disons le, l’Homme est aussi bordélique que nos trois chiards réunis. Néanmoins, l’avantage, avec lui, c’est qu’on s’emploie avec application à faire tout un tas d’enfants pour de faux à peu près partout où ça nous chante, et surtout, quand ça nous chante (et même en ayant l’orgasme sonore) (mes voisins vous saluent) (on n’a pas de rideaux). Forniquer avant 23h était un luxe, laisse moi te dire qu’on fait grave sa fête à la luxure depuis hier. Notez que les ennemis premiers de la sexualité parentale, c’en sont tout de même les conséquences.

Je vous aurais bien confié que c’est génial parce que sans les gosses, je me balade en slip à longueur de journée, mais l’ennui, c’est que ça m’arrive aussi avec la marmaille. La même chose pour les restau’, les soirées avec les copains et tout ce bouzin que je fais en temps normal, trois gosses ou pas.

Je finirai en clamant que non, tout ce petit monde ne me manque pas. Enfin pas à moi, parce que l’Homme, comme à chaque fois qu’il manque sa descendance, erre dans les chambres des morveux et renifle leurs draps sales. Cet homme est une mère qui s’ignore, je crois.

Tout à l’heure, j’ai eu les grelots au bout du fil. Bon, on ne peut pas vraiment dire que j’avais beaucoup de choses à leur dire. Bulle m’a demandé s’ils me manquaient. J’ai dit non. Elle a dit même pas un peu. J’ai redit non. Elle a dit même pas moi un peu plus que les autres. J’ai encore dit non. Paupiette m’a raconté des trucs à propos d’une poupée mal coiffée qui avait des nœuds et de pipi dans des toilettes. Et CoinCoin a beuglé que c’était pas la peine de me parler parce qu’on s’était vus hier et que c’était pas la fin du monde. J’en aurais au moins réussi un sur les trois.
Bulle a dit que quand même, on ne se verrait que vendredi. J’ai répondu qu’en années chien, ça devrait sûrement passer rapidement, mais que là, j’avais plutôt envie de compter en années tortue, si ça ne l’ennuyait pas. Ça l’ennuyait.

Alors j’ai raccroché, et j’ai bu encore une lichette de Saint Emilion, pour aller avec ma tomme de Savoie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tricoter une madeleine

maxetlesmaximontrestricot

Je ne sais plus très bien à quel moment le tricot est passé du stade ringard au stade bobo, ni vraiment quand un lien quelconque a pu s’établir entre cette sombre chose et moi.

Ah, si.

C’est quand j’ai vu que des gens vendaient des bonnets pour enfant à soixante-neuf euros. Des bonnets en taille deux ans, donc. A soixante-neuf euros. Du coup, je ne savais pas si, pour ce prix, c’était directement le mérinos australien qui filait sa laine au coin du feu, ou bien si on ne nous prenait pas un peu pour des cons. Mais des cons riches, apparemment.
Toujours est-il  que, comme toutes ces greluches des internets, je suis mue parfois par tout un tas de choses abstraites qui consistent à regarder ce que font les autres, pour enfin finir par les copier en ayant l’impression d’être incroyablement branchée. Le tout, non sans un certain snobisme très urbain, mais dont je m’accommode ma foi fort bien. L’étape suivante consistant à savamment le crier sur tous les toits pour répandre un génie que j’aurai usurpé.

Mais que voulez-vous, on n’a pas rien sans rien.

Du tricot, putain. Avouez que ça valait sacrément la peine de laisser le rade en plan pendant trois mois, pour revenir avec un truc aussi foireux, hein.

Tout est donc parti de cette foutue histoire de bonnet. Enfin, de bonnet, c’est vite dit. Le bonnet, c’est encore un accessoire de prolo. Non, je ne cherchais pas un bonnet, mais bien un béguin. Lutin, plus exactement. Parfaitement. Un fucking béguin lutin terriblement vintage, dans lequel je voyais déjà ma dernière née. Bien entendu, environ quatre minutes après avoir vu ce béguin, la vie sans lui m’est apparue bien fade, morne et terne. Elle ne valait évidemment plus la peine d’être vécue, en somme. Forte de ma personnalité de table basse, je venais donc de me créer un besoin consumériste du plus grand intérêt.

Alors, de fil en aiguilles (j’ai fait Jean Roucas LV2), je ne sais plus très bien comment – un trou noir, une absence, de l’alcool de riz ? – je suis ressortie d’un magasin qui sentait l’eau de Cologne et la teinture mauve avec une paire d’aiguilles n°7 et deux pelotes de laine Rapido marron.

Je me suis lancée, vidéos de tutoriels sous la main. Le point mousse, le plus facile, mais que je trouve joli quand même. Tu parles, ça m’arrangeait bien.
Il faisait nuit noire et même un peu froid, seuls les ronronnements du chat cassaient le silence du soir. J’étudiais le mouvement, le ballet bien orchestré de la laine qui danse autour des aiguilles. Je reproduisais alors cette première maille avec la concentration grave des gestes importants. Et puis, soudain, quelque chose s’est produit. A la deuxième maille, mes doigts ont couru, comme s’ils savaient déjà. Ma tête n’agissait plus, j’étais spectatrice de ces mains qui étaient miennes et qui récitaient là une chanson qu’elles connaissaient par cœur.

Sont alors remontés des souvenirs chauds et cotonneux, vieux de vingt-cinq ans.

Je suis assise près de la grande fenêtre du salon, mes pieds de huit ans ne touchent pas encore le carrelage. En face de moi, je vois ma grand-mère sur son fauteuil. Ses doigts tordus s’activent et ses lourdes aiguilles à tricot tintent en battant le rythme de celles de la grande comtoise. N’avez-vous jamais eu, enfant, ce sentiment étrange et rassurant que le temps s’était soudain suspendu ? Le temps, chez mes grands-parents, avait cela d’incroyable qu’il s’étirait à l’envi pour parfois sembler s’arrêter. C’est, je crois, que le temps des vieux et de la campagne aime s’égrainer pour mieux être délecté. Je détaillais alors, avec une curiosité sans faille, l’infinité des grains de poussière qui valsaient dans les rayons du soleil de la maison et sous la chaleur humide du radiateur en fonte. Parfois, je tentais même d’en capturer, dans une quête que je savais vaine.

En nouant ma laine, j’ai aussi revu ma grand-mère fouiller dans la grande armoire de chêne pour ressortir la boite de bonbons. Une boîte qui a rythmée mon enfance et dont j’avais oublié l’existence étrange. Des pastilles Vichy, toutes blanches, dans leur boite octogonale bleue. Aucun enfant de huit ans n’aime les pastilles Vichy. J’en prenais une, vraiment parce qu’il n’y avait rien d’autre. Et parce que ça lui faisait plaisir. Je n’ai jamais trop aimé la menthe, mais je peux encore sentir le goût sur ma langue, et le bonbon fondre en une poudre acide. Puis, elle reposait la boite, sur l’étagère du milieu, à côté de mille autres boîtes métalliques, dont la moitié au moins étaient des boites à boutons égarés, dont elle ne se resservait évidemment jamais.

Enfin, je nous ai revues. Elle, me montrant les mouvements des aiguilles sur mes petits doigts aux ongles rongés et plus très propres. Et moi, tricotant avec application et langue tirée ses restes de laines dépareillées, en une improbable écharpe qui ne couvrira jamais de cou.

– Allez, attrape la laine avec ta main droite…  une maille à l’endroit…
– Et ton tricot avec ta main gauche…  une maille à l’envers…
– Pique dans le trou, juste ici… C’est bien… une maille à l’endroit…
– Tourne doucement autour de l’aiguille…  une maille à l’envers…
– Attention, ne serre pas trop !  une maille à l’endroit…
– Voilà, tire ta maille sur l’autre aiguille…  une maille à l’envers…

C’est incroyable. Moi qui chéris mes souvenirs d’enfant, j’avais oublié durant toutes ces années, mais mon corps, lui, s’en est souvenu. Je ne tricoterai probablement que ce foutu béguin, que ma fille refusera très certainement de porter, mais qu’importe. Durant ces quelques heures, je suis à nouveau avec ma grand-mère et mes huit ans.

Il n’y a donc pas que le vélo, qui ne s’oublie pas.

Il y a le point mousse, et les pastilles à la menthe, aussi.

 


Édit : Une véritable œuvre d’art se cache sur la photo. Elle – ou plutôt il – a été spécialement tricoté pour moi, par les doigts d’or de la tenancière du Délit Maille, cadeau d’une fidèle lectrice. Je le garde jalousement, évitant de le secouer : Max a encore, au bout de son costume de loup, des grains de sable des plages du Nord, restes éphémères de son fabuleux voyage jusqu’à moi.

« Nous vous aimons. Nous vous aimons terriblement. Nous vous mangerons ! »


 Édit 2 : Si tu veux ricaner en admirant le béguin terminé, c’est sur la page Facebook du blog que ça se passe –> lien dans la barre de droite –> –>

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nouvelle rentrée, nouveaux élèves

20150723_213853-001

Mais qu’il est long, ce temps bloguesque végétatif. Un article, trois petits tours et puis s’en va, je t’en foutrais moi, de la blogueuse à paillettes.

Aussi,public, ai-je décidé de revenir en grandes pompes, revigorée par mes vacances romaines et ma rentrée de pouilleuse (au sens premier du terme), repensant avec délice et trémolos à ces billets poussiéreux mais drôles, et construits sur un thème fédérateur (oui, faire caca en spray est un thème fédérateur). Ainsi, grâce à cet altruisme qui me caractérise tant, j’ai décidé de te raconter un peu ma rentrée et te donner quelques nouvelles des frasques de la Dream Team, mon équipe du tonnerre.

continuer la lecture

Breaking news

pasteque

Hier, j’ai chouiné sur le réseau social, parce que ça fait belle lurette que je n’avais pas été touchée par la grâce de l’inspiration en ces lieux de sexe divin et de débauche pédagogique (et pas l’inverse). Alors, avant que les foules ne se soulèvent d’indignation, tout en se scarifiant les joues en pensant à la fin de ce blog chéri, j’ai décidé que j’allais écrire un truc à l’arrache, comme ça après, on passera à autre chose et tout le monde sera content.

On a les déboires qu’on mérite, mais voyez comme je suis altruiste même dans la rudesse de la vie d’artiste.

continuer la lecture

Les instit’ en récré

coincoinclasse

Aujourd’hui, public, je m’en vais te conter le pilier central de la vie des instit’ (juste derrière les vacances et le café) : les récréations.

Ne nous leurrons pas, si la délivrance récré est sacrée pour les élèves, elle n’est pas moins attendue chez leurs maîtres. On a déjà vu des profs commettre des injustices en classe, balancer des punitions collectives à tout-va, hurler des menaces de redoublement hypothétique, jamais personne n’a vu un instit’ sucrer la récré de tous ses élèves. Et l’interdiction formelle et justifiée de cette sanction n’y est pour rien. Non, en fait, l’instit’ a besoin de sa récréation tout autant que ses sujets. La bienséance voudrait que je te narre combien nous exaltons d’avoir ce temps au calme pour peaufiner notre toute nouvelle séance de numération, ou bien installer le semi-remorque de matériel de la future séance de sciences.

continuer la lecture

Sa première surprise party

bullewakeboardd

(la chanson dans la tête, c’est cadeau)

Mes pangolins téméraires,

Aujourd’hui, ou plutôt mercredi dernier, Bulle nous a annoncé une information capitale, balancée entre le Chaussée aux Moines et le Mamie Nova : « Au fait, samedi, je vais à la fête d’anniv’ d’une pote de théâtre ».

Si toi aussi, l’absence de forme interrogative t’a interpellée, gimme five.

Cette enfant est d’une désinvolture effrayante, voilà que maintenant, sous prétexte de tétons qui pointent, elle se booke des aprem, sans même demander, avec d’autres ados dont je ne connais ni le métier des parents, ni la moyenne générale. Où va la jeunesse, je te le demande.

continuer la lecture

Toi aussi, porte ton bébé sans les bras

portage 3

Mes marsupiaux,

Aujourd’hui, je vais t’expliquer un truc hypra-révolutionnaire : de nos jours, tu peux, en même temps, porter ton bébé ET te faire les ongles/te curer les deux narines/te gratter l’épisiotomie/préparer un bœuf bourguignon. Car oui, jeune parturiente cernée, sache que tu peux porter ton bébé SANS LES BRAS.

On applaudit (du coup, on peut).

Nul besoin de te prendre pour une chatte partant en goguette avec la nuque de son chaton entre les dents, puisqu’il existe – tiens toi bien – un accessoire appelé le « porte-bébé ». Laisse moi te dire que le gonze qui a chié la dénomination du biniou ne devait pas être du genre bout-en-train de soirée. Mais passons.

continuer la lecture